14 décembre, 2015

Quand les gens ont peur !


Vendredi, je déjeunais avec un ami dans un petit café-tabac des environs. Une bonne petite adresse où la bouffe est plutôt bonne et pas chère. Pensez-donc que le plat du jour est à 8,50€ ! Moi, j'ai pris un coq au vin et lui un pavé de saumon. C'est sur qu'à ce tarif, il ne faut pas demander comment les bestiaux qu'on mange sont élevés. Mais bon, on s'en fout, dans la cuisine c'est la sauce qui fait tout.

On parlait de la COP21 et on se gaussait de cette pantalonnade ! Il faut dire que nous sommes tous les deux classés anars de droite, c'est dire si on se fout de tout ça. Parce que justement, nous, quand on voit tous ces élus quels qu'ils soient, parler d'une même voix d'un problème, on se dit qu'il y a forcément une arnaque quelque part. Moi le réchauffement climatique, je n'y crois pas. Enfin disons que je ne crois pas que l'homme y soit pour quelque chose. De toute manière quand j'étais petit, aux Visiteurs du mercredi, ils me disaient qu'on s'approchait d'une période de glaciation. Alors chaud ou froid, faudrait savoir ? On n'a pas le droit de mentir à des petits enfants ! Pas plus qu'à des adultes ceci dit !

Mon pote, qui est ingénieur, va plus loin et m'a donné des explications un peu plus scientifiques que ma simple croyance que j'ai écouté d'une oreille distraite parce que je bouffais mon coq de batterie au vin. Ceci étant posé, n'allez pas croire que je sois pour autant un chancre qui se désintéresse de l'environnement. Je ne jette jamais un papier par terre par exemple pas plus qu'un mégot. Je suis gars cynique parfois mais propre qui ne chie pas où il mange.

Mais le plus rigolo que mon ami m'ait raconté, c'est l'histoire d'un de ses potes qui est parait-il au bord du suicide à cause du réchauffement climatique. Moi, je me suis dit tout de suite, que le gonze était du genre hypersensible au réchauffement, un peu comme certains se disent électrosensibles, et qu'il ressent même une variation de 0,0001° ? En fait pas du tout, il s'agit d'un mec qui vit à Paris mais qui adore la plongée sous-marine.

Déjà, je me dis "pas de chance" parce que s'il y a des tas de trucs qui peuvent se faire à Paris, la plongée n'en fait pas vraiment partie à moins de la pratiquer en piscine ce qui ôte un peu de son attrait. Et mon pote de poursuivre en m'expliquant que ce type est tellement obnubilé par les poiscails qu'il en est malade, tout persuadé qu'il est qu'à cause du réchauffement climatique, ils vont disparaitre.

Bon, pas tous évidemment. Mais lui, ce qui l'inquiète, ce n'est pas le destin des harengs ou des daurades ! Non, ça c'est du poisson bas-de-gamme, à la limite il doit en bouffer. Lui ce qui le chagrine, c'est le sort réservé aux requins. Son truc à ce type, c'est de nager au milieu des squales, même qu'il a montré des photos à mon pote. Bon, ça ne m'émeut pas plus que ça parce que pourvu qu'on en ait envie et qu'on ait un peu de blé, c'est à la portée de n'importe qui d'aller faire le con au milieu de requins. 

Moi, je savais qu'on les péchait alors qu'à part leurs ailerons et leur peau pour en faire du galuchat, on ne les consomme pas et je trouvais cela un peu idiot. Parce que massacrer pour massacrer, c'est pas joli. Mais, je ne savais pas que le réchauffement allait avoir leur peau à ces redoutables prédateurs. Enfin, il parait que si et même que ce mec en est malade à se suicider. Il se trouve que ce type, je l'ai croisé deux ou trois fois. La prochaine fois qu'on se voit, je lui parle des requins et s'il me fait son sketch et perd les pédales je lui dirai qu'il n'a qu'à nager avec les sardines. C'est moins risqué et puis, il y en aura toujours des sardines.

C'est marrant ces grandes peurs générées par le pouvoir en place. Avant, c'était la fin du monde, la faim dans le monde ou je ne sais quoi et maintenant c'est la terre qu'il faut sauver. C'est tellement flippant pour certaines personnes qui croient tout ce que l'état leur dit que ça peut générer des comportements de panique extrême confinant au religieux. La terre, notre planète est ainsi devenue Gaïa, une déesse païenne qui exige des sacrifices. Fut un temps où l'on aurait sorti des statues de saints pour faire des processions, maintenant on fait une COP21.

Bien sur, les comportements aberrants ne sont pas le fait que de ce pauvre type au bord du suicide à cause des requins. Il y a plein d'autres actions entreprises au nom du sauvetage de la planète. C'est ainsi que j'ai ainsi appris l'existence d'un mouvement GINKS, Green Inclination No Kids, dont les slogans sont "si tu aimes tes enfants, ne les mets pas au monde, c'est une poubelle ou encore "faites l'amour pas des bébés, c'est mauvais pour la planète". L'idée est que l'être humain est devenu un parasite, pire un cancer qui métastase à la vitesse grand V et met en danger la biodiversité. De ce fait, certaines femmes s'en alarment et refusent de procréer au nom de la planète. Pourquoi pas après tout ? Même si cela me parait aussi saugrenu que vouloir mourir à cause d'une prétendue et improbable extinction des requins.

Enfin, le danger dont on nous rebat sans cesse les oreilles chaque jour, du réchauffement climatique, laisse la porte ouverte à tous les comportements paranoïaques les plus aberrants possibles. Les psychologues sociaux doivent se frotter les mains. Les sectes et leurs discours abscons ne sont plus les seuls sujets d'analyse pour comprendre le comportement d'un groupe. Finalement, ces gens, qu'il s'agisse du plongeur dépressif ou de ces femmes qui ne veulent plus faire d'enfants, sont un peu des gibiers de secte. Qu'un gourou se présente, pourvu qu'il soit porteur d'un thème fort et doté d'une force de persuasion indiscutable et les voici qui lui emboitent le pas pour le suivre, chacun adoptant un comportement au plus proche de ses intérêts.

Sachant que les experts du! GIEC sont de plus en plus mis en doute de même que les solutions vertes, on se demande tooujours où veulent en venir ceux qui promeuvent ce fameux réchauffement climatique. Si l'on était paranoïaque, on se dirait qu'on a à faire à une gigantesque opération de manipulation-propagande. Dans quel but, je n'en sais rien. Mais les techniques de manipulation de masse sont là. C'est ce que les sites "conspirationnistes" nomment une narrative pour expliquer comment certains états ou groupes d'état mettent au point une narration pour manipuler le peuple.

C'est ainsi qu'on utilise la méthode appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple, laisser croire que notre environnement est gravement en danger afin de faire accepter par la population un recul de ses droits plus une taxation comme un mal nécessaire.

Bien entendu, on fera appel à l’émotionnel afin de l'analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements. Dans le cadre du réchauffement climatique, on parlera ainsi de réfugiés climatiques pour que l'on s’imagine de pauvres gens jetés sur les routes comme durant l'exode de 1940. Voici revenues les charrettes à bras où sont assis des enfants qui pleurent. On se croirait dans Jeux interdits ! Pour d'autres, on utilisera des images fortes comme celle d'un pauvre ours blanc bloqué sur un tout petit morceau de banquise, victime de la folie des hommes. Et c'est encore mieux si c'est une femelle accompagnée d'oursons.

Car il s'agit de remplacer toute révolte par de la culpabilité en faisant croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, par manque d'intelligence, de capacités ou d'efforts ou encore du fait de ses défauts tels que l’égoïsme ou l'avidité. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. 

Bien sur, une fois que tout cela est mis en place, que reste-t-il aux être doués de raison ? Et bien, les êtres restant rationnels seront alors vus comme des monstres ! On pourra alors les condamner au nom de grands principes, au nom du bien évidemment !

 Parfois je me demande si ce cher Jésus n'a par totalement raison et s'il ne faudrait pas voir dans tous ces délires de plus en plus fréquents, des signes eschatologiques annonçant la fin de temps. Faut-il voir dans ces tentatives toujours plus fréquentes d'asservir le bon peuple en lui ôtant toute raison, une manipulation politique de plus ou bien l'emprise du prince de ce monde ? Brr, tout cela fait peur non ?
Moi, je n'en sais pas plus que vous. Mais bon, dans le doute, il est grand temps que je construise ma chapelle. Parce que si l'apocalypse advient, j'aurai un truc à montrer moi ! Et puis de toute manière, Jésus me l'a dit, comme je l'ai aidé dans des moments où d'autres voulaient l'interner, je serai sauvé !

Enfin quoiqu'il en soit, dans la cuisine, c'est la sauce qui fait tout, c'est la sauce qui sauve tout. Et ça personne ne pourra jamais affirmer le contraire ! 


11 Comments:

Blogger jayraygeek said...

Votre climato-scepticisme reflète votre propre ignorance quant aux données relatives à la théorie du réchauffement climatique et révèle même une certaine paresse intellectuelle.Il serait intéressant que vous argumentiez vos propos sans invoquer d'argument du style "mon pote je sais tout m'a dit".

14/12/15 10:03 PM  
Blogger philippe psy said...

@Jay : vous avez raison quant à ma paresse intellectuelle mais que voulez vous, je suis monotâche. Et moi quand j'étais petit, on me vendait la glaciation et c'était aussi des gens sérieux qui me la vendaient ce refroidissement. Alors, j'en reste à cette hypothèse, muré dans mes certitudes.

Vous n'allez pas me dire qu'on aurait osé mentir à un enfant tout de même ??? Parce qu'ils étaient convaincants ceux qui me parlaient du refroidissement, au moins autant que ceux qui me parlent de réchauffement aujourd'hui.

15/12/15 10:53 PM  
Blogger Le Touffier said...

Qui est Dieu ? C’est l’histoire incessante de l’orgueil de l'humain voulant être le centre de toute chose. Ils ne croient pas en Dieu, mais ils ont peur du diable.

Comme le système immunitaire a besoin de lutter contre des microbes pour ne pas exercer ses talents sur son hôte, la capacité à résister à la douleur réclame son du (et des baffes si elle aime ça), je me demande si la résistance à la peur n'exige pas un adversaire à sa hauteur, sinon l'anxiété empoisonne le sang.

Que l'enfileur de galuchats ne se méprennent pas sur mon hypothèse, le shark-fucking dans la passe de Ranguiroa reste moralement acceptable entre adultes consentants, mais je pourrais lui proposer des activités à portée de métro pour un bénéfice identique. Une quenelle dans la cour de l’Élysée, circuler fesses nues dans le Marais devant les escouades Vigie Private, il existe des peurs solides, et gratuites, à portée de la main, des peurs choisies, des peurs qu'on se sécurise à combattre.

La paranoïa climatique officielle a non seulement inventé des concepts, mais elle en a étouffé beaucoup d'autre, la régulation thermique du Gulf Stream, El Nino, El Nina, et surtout l'aspect fondamental de nos origines climatiques : nous vivons sous un climat tempéré. Tempéré. C'est pas pour rien qu'on accepte de se peler le jonc pendant les six mois d'hiver.

A croire que les fantastiques talents humains requièrent un exercice régulier, comme une bonne virée avec son moteur diesel pour décrasser le filtre à particule.
Ce n'est qu'une vague impression, à peine une hypothèse, mais je crois que les français avaient eu leur dose de trouille avec le Bataclan. Ils n'avaient plus besoin de se faire des frayeurs avec la COP21, dont ils savent très bien au fond d'eux-mêmes qu'il ne s'agit que d'un ersatz de trouille, après la couche d'ozone, la vache folle, la grippe H1N1 et le retour de la bête immonde au ventre toujours fécond.

P.S. : pourriez-vous rappeler à Jésus qu'il me doit deux cafés et trois cigarettes ? Ça peut toujours servir de fréquenter du beau monde. On ne sait jamais...

15/12/15 11:14 PM  
Blogger El Gringo said...

Philippe, t'as pas honte? C'est très-très grave ce réchauffement climatique! Tu sais combien d'iles sont déjà submergées par les eaux? Bon OK, à priori aucune pour l'instant mais ça va venir; ils l'ont dit!
Et puis Pékin, t'as vu Pékin? T'as surement dû le voir parce qu'ils nous l'ont montré à longueur de journée. T'as vu toute cette pollution? C'est pas parce que le CO2 n'est pas un polluant et que donc ces images n'ont rien à voir avec le sujet qu'il faut pas avoir peur! D'abord s'ils nous l'ont montré, c'est pour quelque chose…
Heureusement qu'il y a Nicolas Mulot et ses 100 milliards (je te rassure, c'est pas lui qui paye) Avec lui, la planète est sauvée!!!

16/12/15 12:32 AM  
Blogger inemo said...

Il y a cent millions d'années, il y avait des dinosaures et pas d'êtres humains.

Croyez-vous qu'il y aura encore des humains dans cent millions d'années?

Alors, ne vous en faites pas pour la planète, elle s'en sortira. Le passage des humains sur sa surface n'est qu'un petit épisode insignifiant de sa vie.

16/12/15 7:10 PM  
Blogger Maxime said...

Pour parler de la disparition des poissons en bouffant son pavé de saumon low-cost, ce mec doit être bien cynique aussi :)

16/12/15 11:25 PM  
Blogger Maxime said...

Cet article est particulièrement politiquement incorrect. Avouer être de droite en ces temps ou le fascisme est sur le point de revenir en France, mais quelle honte !

Et tu as oublié d'en conclure que c'est très bien que l'émotion puisse provoquer des décisions politiques. Sans cette nuance socialo-compatible, tu n'es jamais qu'un grand con de réac qu'on ne poura jamais publier dans "Cerveau & Psycho". Au contraire de comme Laurent Bègue.

16/12/15 11:45 PM  
Blogger Maxime said...

@jayraygeek

Donc tu es d'avis que le GIEC a tout a fait raison ? Que proposes-tu ? Veux-tu me parler de décroissance ? Après tout, à force d'être considéré comme un monstre, il me prends à moi aussi l'idée de partir élever des chèvres pour vivre loin des écologistes des villes, aka bobo.

Penses-tu qu'il est sérieux que nous puissions réduire rapidement notre consommation énergétique ?

Ou que penses-tu du nucléaire comme énergie alternative au pétrole ? Après tout, cela n'émet pas de CO2. D'autant plus que nous savons maintenant que le surplus de radiations relâché dans l'environnement après l'accident de Fukushima n'aura pas de conséquence sanitaire discernable sur la population.

Ce serait une bonne idée, tu ne crois pas, pas comme la ré-ouverture des centrales a charbon en Allemagne.

17/12/15 12:05 AM  
Blogger Vlad unrâleurdeplus said...

@jayraygeek
Je note que vous parlez de paresse intellectuelle tout en usant du mot magique climato-sceptique inventé récemment pour taire toute contestation.
C'est marrant il y a des mots comme ça, dès qu'on les prononce, les types se signent, font une poussée d'herpès ou vous dénoncent chez les flics. C'est fou la portée qu'ont certains mots distillés par ceux qui parlent aux médias.

17/12/15 5:56 AM  
Blogger Kevin Macarry said...

Tenez vous qui êtes climato sceptique ce blog d'un ancien scientifique devrait vous plaire puisque lui aussi il l'est et qu'en plus il dénonce les arnaques des escrologistes(blanchissement des coraux du à une attaque virale et non à un réchauffement climatique,idem pour la disparitions de certaines espèces)
https://jacqueshenry.wordpress.com
(il parle aussi du refroidissement climatique)

19/12/15 1:45 AM  
Blogger menvusa gerard said...

joyeux Noel Philippe ;-) des nouvelles de Jésus?

19/12/15 9:37 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home