24 décembre, 2017

Cadeaux de Noël !


Mon épouse qui est très prévoyante me demande toujours six semaines avant Noël ce que je voudrais comme cadeau. Et moi, je ne sais jamais ! J'ai pas d'idée. Il faut dire que je suis le mec frugal qui se contente de peu. Une table en terrasse, un double express, mes JPS, un bon livre ou de la compagnie et je suis heureux. C'est vous dire si je suis un gros ascète ! Pour paraphraser mon confrère blogueur FDP de la mode, je suis carrément même un gros Jean Moulin de l'ascèse et de la frugalité. Je suis le mec qui n'a besoin de rien !

Ce qui agace évidemment mon épouse qui aime bien prévoir et se retrouve fort déconfite quand elle n'a rien à m'offrir. Mais moi, étant frugal; je m'en fous. Les idées, je les ai après Noël ! Enfin, là l'idée je l'ai eue aujourd'hui puisque je lui ai dit que je voudrais bien un squelette. Comme elle me connait, elle ne m'a même pas demandé pourquoi, ni ce que j'allais en faire. Je veux un squelette, c'est tout ! Évidemment, je sais ce que je vais en faire, même que je vous montrerais et que vous trouverez cela super chouette, rigolo et malin. Vous vous direz que je suis vraiment un gros Jean Moulin de la farce si tant est que l'on puisse associer le nom de ce résistant au terme de farce ! 

Mes cadeaux, je les ai eus hier. Comme d'habitude, j'avais besoin de prendre l'air, ce qui pour moi consiste à retrouver vite fait une table de café, un livre ou des gens et mes clopes. J'ai donc pris ma voiture pour aller vers ma brasserie favorite. J'y inviterai bien le Touffier à déjeuner mais pour le bouger lui, c'est un enfer. J'y inviterai le Gringeot qui est un vieux mobile puisqu'il a toujours une de ses Harley prête.

Je retrouve un gars sympa, un gestionnaire de fortune avec qui justement on ne parle jamais de gestion de fortune mais de tout un tas de trucs passionnants. Je traine et je me dis qu'il serait peut-être temps de rentrer. Aussitôt dit, aussitôt fait. Et hop me revoilà dans mon auto à faire le chemin inverse en passant par une petite route qui traverse un bois. Et là, y'a un stop que personne ne respecte puisqu'il protège une route d'où personne ne vient jamais. En plus, comme on a une super visibilité, on ralentit, on voit qu'il n'y a rien à deux-cents mètres et on accélère. Or, le stop comme son nom l'indique nécessite un arrêt total. Bref, je suis un putain de contrevenant, un outlaw.  Carrément un gros Jean Moulin de la contravention.

Comme d'habitude et comme tout le monde, je ne le marque pas et là, paf ! Planquée dans une encoignure, une bagnole de poulets. Une Kangoo sérigraphiée. Comme il fait nuit, moi je trace et je me dis que le temps qu'ils fassent demi-tour, je serai déjà loin.  Je me dis même que peut-être qu'ils jouaient à la belote en buvant des bières dans le Kangoo. C'était sans compter sur le dieu des flics qui se manifeste devant moi sous la forme d'une vieille Citroën qui se traine à trente à l'heure et que je ne peux pas doubler vu l’étroitesse de la route. Sinon j'aurais tracé comme un grand, l'air de rien. Oui, c'est mal, je suis une racaille. Mais bon comme on dit, pas vu, pas pris.

Et hop, gyrophare en marche et qu'ils me collent au cul. Là, à moins d'être sourd et aveugle, pas moyen de les ignorer. Et je n'ai même pas un pote armé sur le siège passager pour leur tirer dessus ! Non, je plaisante bien sur ! N'allez pas imaginer n'importe quoi ! Non mais oh.

Je me gare, je descends, et un des flics me dit d'attendre dans mon véhicule, ce que je ne fais pas vu que je ne suis pas américain et que je ne vais pas attendre les mains sur le volant comme dans un film. Comme il fait une tête de moins que moi et sans doute la moitié de mon poids, il ne me dit rien. C'est alors son chef qui me demande le permis et les papiers du véhicule. J'ai le permis sur moi mais pas les papiers que je conserve chez moi même si c'est pas bien vu qu'il faut les avoir dans le véhicule

Le mec prend alors mon permis et demande un tas de truc à je ne sais pas qui, dès fois que je serais la réincarnation de Mesrine ou que je conduise sans permis. Mais bon, tout est ok.  Il me demande alors si je sais pourquoi il m'a arrêté et je lui réponds que oui, c'est parce que j'ai confondu le stop avec un laisser le passage. Il me demande si je prends souvent cette route et je lui réponds que oui et que c'est pour cela que, comme tout le monde, je ne respecte pas le stop, vu qu'il ne sert à rien. Je lui dis que comme tout le monde, je me contente de ralentir. Et là, alors que je m'attends à une admonestation, le voilà qui me rend mon permis et me dit que ça va pour cette fois. Je l'ai remercié et lui ai souhaité un joyeux Noël aussi. Ils devaient avoir des ordres du maire, dans le genre d'inspirer la peur du gendarme sans pour autant trop faire chier les gens. C'est sur que maintenant, ce putain de stop je le respecterai. Même s'il ne sert à rien !!!

Ceci dit vu que j'étais un peu énervé, peut-être que j'aurais fini en garde à vue ce soir là parce que je n'avais pas envie de jouer le gentil mouton. Je n'en sais rien puisque je n'ai rien eu. Je pensais à notre premier ministre et  son vol à 350 000 euros et je me disais que j'en avais un peu raz le cul d'être un connard de citoyen. En plus, m'étant toujours défini comme anarchiste de droite, j'aime pas la maréchaussée. Je ne me sens pas au dessus des lois, je ne suis pas sociopathe mais bon, j'aime pas l'état et ses milices.

Ça ne m’empêche pas d'avoir des flics dans ma clientèle, qui sont très sympas. Déjà parce qu'il y a un biais de recrutement et que le flic qui me consulte est forcément un peu à part. Et enfin, parce que ma clientèle c'est sacré et que flic ou pas, je les défends toujours. J'aurais pu recevoir Jack l'éventreur, je lui aurais trouvé des excuses. Je suis un affectif, j'ai besoin d'aimer les gens pour les aider. Je suis un gros Jean Moulin de l'affection !

Je repars doucement et là, peut être cent mètres plus loin, deux cons de chevreuils traversent devant moi. Si rapidement que j'en heurte un. Et pourtant, je ne roulais pas vite ! Il tape dans le parce-choc il rebondit sur la route, roule sur lui même et hop, dans le faisceau de mes phares, le voilà qui se remet droit et repart au galop. Putain, c'est solide un chevreuil ! Je e dis que tant mieux, il n'est pas mort mais je me demande ce qu'a ma bagnole. Et dix minutes après, de retour chez moi, je me gare, je descend pantelant, m'attendant à voir des dégâts et que dalle ! Pas un pet, pas une égratignure, ma caisse n'a rien !

Voilà, j'ai eu mes cadeaux. Je n'ai pas respecté un stop et je m'en tire sans prune ni retrait de points. Puis, je tape un chevreuil et que dalle. Lui, il est toujours en vie et je n'ai même pas un phare cassé.

Merci à mon ange gardien et bien sur, joyeux Noël à tous les flics qui me liront et au chevreuils aussi.

Bon je vous quitte, il y a des tas de gens chez moi, il serait peut-être temps que j'aille les saluer. Je crois qu'on reçoit.

1 Comments:

Blogger Kevin Macarry said...

Ah perso pour le cadeau de noel ce sera simple,je recevrais ce que je suis censé avoir recu pour mon annif(mais le colis a mystérieusement disparu en cours de route).
Sinon ça doit avoir du mal à passer le vol à 350 000€ surtout dans un pays endetté et qu'en tant que profession libéral les impôts c'est à 50ù du revenu nn?
Bon cela dit notre Jupiter national aura supprimer l'ISF,même si ça l'empêchera pas à coté,d'augmenter la taxe carbone(bah oui faut éviter le déluge planétaire) ,un impot sur la consommation ostentatoire ,un impot sur les logements qui sont des passoires énergétique,voir interdiction de construire si votre logement n'est pas aux normes énergétique,une tentative d'interdiction du glyphosate par ce que c'est chimique et que donc c'est pas bo :(

Enfin bref il accumule mais on aurait pu avoir pire :/

24/12/17 8:50 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home