07 juin, 2007

des nouvelles

Groupe de marcassins primesautiers !

Un superbe article en cours de rédaction sur les pervers narcissique et le harcèlement moral, mais aurais-je le temps de le finir aujourd'hui ? Beaucoup de rendez-vous m'empêchent de venir.

Et puis demain, rendez-vous avec Gérard pour une journée de formation. Ca va être sportif ! J'ai rendez-vous à 7h30 pour un debriefing avec lui ! Je l'ai eu au téléphone dans l'après-midi, et il était enragé ! Je suis sur qu'il devait avoir l'écume aux lèvres ! Comme je ne suis pas d'accord avec lui et que je tiens sa laisse très courte, il est fou. Il n'arrive pas à comprendre que j'aie des poins de vue différents des siens et d'autres attentes !

Rien de pire que de s'opposer à un narcissique. Mais bon, il ne me mordra pas. Souvenez-vous, les narcissiques sont des couards. Il a tout tenté, la flatterie, la colère, le mépris, la pire méchanceté, tout pour me déstabiliser, mais je tiens bien ma garde ! Cogne Gérard, cogne... A un moment donné, il va se défausser et je vais placer ma droite ! Hmmmm ! Un pied en appui, le bassin qui pivote, le bras tendu formant un bel axe avec l'épaule, et toute la puissance en plein dans son vilain museau ! Bien sur je parle au figuré ! Et puis, je pense gagner aux points, il va finir par se coucher !

Rien de pire pour un narcissique que d'être tenu en laisse, et de ne pouvoir mordre. Face à ses angoisses, sont truc à lui, c'est de dominer méchamment, voire de dépersonnaliser son adversaire. Pour tenter d'oublier sa "petite bite", il va surcompenser, en faire trop, tenter de tout balancer pour frapper, réduire l'adversaire en bouillie, en cherchant la faille. Rien de plus facile que de les contrer ! On tient sa garde, on garde ses distances, on reste mobile et on attend qu'il s'épuise. Ca monte vite dans les tours, c'est puissant mais ça n'a pas de couple !

De la technique face à un narcissique, jamais de rage ! Pas très déontologique, mais tellement jouissif ! M'en fous, ce n'est pas un patient !

Bon, pourquoi bosser avec lui me direz-vous ? Simplement parce que c'est un bon administratif et que j'y trouve mon compte. Et puis un narcissique, vous le flattez et il vous fait tout, c'est pas dur à manipuler ! Et quand il vous emmerde, là vous rentrez dans le contrôle, vous tenez votre garde, et hop, il se roule par terre en gémissant comme un chiot ! Parfois je me dégoute ! Mais bon, après tout j'ai déjà reçu tellement de victimes de ce genre de types, que je n'ai pas de scrupules ! Et hop ! Pff, je vais finir par me demander si je ne suis pas un pervers ! Mais non ! C'est un peu l'avantage de mon boulot, quand vous savez profiler, vous pouvez jouer !

Et puis bon, je reste sympa tout de même et je me dis qu'entre deux crises de rage, Gérard pourrait réfléchir sur ce qu'il est ! Y'a un aspect thérapeutique là-dedans, moi je vous le dis ! Je reste le psy fidèle à sa vocation !

A plus tard ! Merci d'être passé ! La photo de marcassins n'a aucun lien avec le sujet, et celle de l'ourson pas plus, mais je trouve cela joli les marcassins et les oursons !


4 Comments:

Blogger Laure Allibert said...

En effet, marcassins et ourson nous changent du chien vicieux...

La psychologie et la zoologie ont décidément plein de points communs...

7/6/07 6:06 PM  
Anonymous Anonyme said...

Ah ben alors c'est pour ça que j'ai un tas de collègues narcissiques (mais pas forcément pervers) puisqu'ils sont consultants. leur caractéristique est qu'il est impossible de parler de soi sans qu'ils se réapproprient ce que tu leur raconte au bout de quelques secondes. petit à petit je disparaît de leur champ de vision, occupés qu'ils sont à parler d'eux-mêmes.
l'avantage, c'est que ça me force à relativiser et à me concentrer sur l'essentiel, c'est à dire à me livrer à des gens pour qui je compte vraiment. d'autre part cela me permet d'entretenir avec ces collègues des rapports strictement professionnels, dénués d'affectivité, uniquement tournés vers le client, la prestation à délivrer. c'est finalement assez efficace.
Vous avez l'air de beaucoup vous amuser avec votre copain Gérard dans la mesure où vous avez son mode d'emploi personnel. Mais ne serait-ce pas faire grand cas de lui que de l'asicoter ? l'indifférence ne serait-ce pas la meilleure manière de rendre inefficaces ses tentatives manipulatoires ? je pose la question.
quant à mes estimés collègues narcissiques, je remarque, malgré un côté vain, qu'ils ne s'en tirent pas si mal: tirer la couverture à soi, chouiner auprès de la hiérarchie quand ce qu'ils estiment leur être dû ne leur a pas été donné, impressionner le client par le récit de leurs exploits, de leurs connaissances et de la puissance de leur analyse, leur absence d'humilité (au sens latin "humus" = terre, avoir les pieds sur terre, connaître ses limites)leur permet d'accéder à des missions interessantes, d'obtenir des avantages, gratifications, etc ... et si le narcissisme était une des composantes de la survie de l'individu ?
votre ami Gérard ne s'en tire pas mal non plus : patron d'une structure de formation (si j'ai bien compris)dans un domaine où il ne connaît pas grand chose mais où il peut se faire un max de thunes (c'est combien le prix journée ?) . Tout narcissique qu'il est, il demeure capable de s'entourer d'intervenants compétents (non,non ne me remerciez pas...), donc d'accepter ses carences. ahah ça vous la coupe celle-là, hein ?
A bientôt Monsieur Philippe, votre blog me sert dans mes stages.

Jean-Philippe

7/6/07 10:36 PM  
Blogger philippe psy said...

Merci Laure, oui j'adore les chiens ceci dit, mais pas les chiens vicieux !

Quant à vous, oui les narcissiques sont parmi nous, plus ou moins narcissiques, et plus ou moins pervers. Ce que vous dites est certes plein de sagesse, mais je n'ai aucune envie de me faire marcher sur la gueule par ce genre de guignols.

Des tendances narcissiques sont utiles, mais n'être préoccupé que de soi-même, c'est pathologiques.

L'humilité n'est pas forcément s'oublier; Je ne suis pas bouddhiste !

8/6/07 1:40 AM  
Anonymous GCM said...

Quand j'étais petit, il m'est arrivé de manipuler les plus faibles pour obtenir telle ou telle babiole ou faveur. Même plus grand, ça m'est encore arrivé, même si les fins auxquelles je souhaitais arriver n'étaient pas suffisamment pernicieuses pour que je puisse me le reprocher !

J'ai des difficultés à envisager qu'on puisse se soucier uniquement de soi, à moins de vivre seul et de repousser le contact avec autrui systématiquement. On raisonne toujours un peu par rapport aux autres, ou par rapport à soi, mais cela implique une relation avec un tiers.

Tout ça pour dire que je me demande où est la frontière entre le narcissisme pathologique et le non-pathologique.

En tout cas merci, tu m'intéresses Phil, comme souvent !

8/6/07 2:31 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home