12 juin, 2007

Sacré Gérard !

Voici environ trois mois, alors que nous préparions une conférence, Gérard m’a demandé si je pourrais assurer une communication bénévolement au sein d’une association dont il s’occupe. Cette association, a pour mission de réinsérer des chômeurs au travail en faisant intervenir comme coachs des cadres supérieurs en retraite. Parfois des coachs professionnels en activité collaborent bénévolement.

Gérard, narcissique comme il l’est, se fout pas mal des chômeurs de longue durée ! Ainsi, bien que n’en ayant pas les capacités, il joue le coach, ce qui lui permet d'instrumentaliser des chômeurs pour jouer les importants et de faire de la psy sauvage. Et puis, il est surtout très fier de fréquenter des gens ayant, ou ayant eu d’importantes situations professionnelles, qu'il tente d'utiliser comme contacts pour sa société de formation.

Pour ma part, j’étais resté très évasif concernant ma participation bénévole, et lui avais dit que cela dépendrait de notre collaboration sans donner mon accord. Je me suis toujours un peu méfié de Gérard. D'ailleurs j'avais évidemment préparé un contrat qui m'aurait éviter tout cela. Mais en glandeur impénitent que je suis, j'ai trainé et ne lui ai finalement jamais rien fait signer, me contentant de sa parole.

Puis, Gérard et moi avons collaboré, et comme vous le savez, j’attends toujours d’être payé. Gérard, en odieux narcissique qu’il est, est incapable d’avoir la moindre empathie. Il avait décidé de m’instrumentaliser, en exploitant mes connaissances professionnelles, de manière à se faire mousser auprès des membres de cette association.

La communication traitant de dépression liée au chômage, il s’agissait pour moi de parler de problèmes que je connais fort bien, compte tenu de ma formation universitaire. Ayant la chance d’avoir une bonne mémoire, et d’être un bon orateur, je n’avais pas vraiment besoin de préparer quoi que ce soit, aussi n’avais-je fait qu’un vague plan pour organiser ce que j’aurais à dire à cette auguste assemble, au cas où j’aurais décidé de venir. Autant vous dire, que je n’ai donc rien préparé de particulier.

Lorsque Gérard a commencé à faire des difficultés pour me régler en temps et en heure la formation que j’avais assurée, je l’avais prévenu que puisqu’il le prenait comme cela, il était bien sur hors de question, que j’assure cette communication bénévole. Il s’était énervé, arguant du fait qu’il s’agissait d’une autre chose, puisque c’était pour une association. Je lui avais rétorqué, que pour moi, n’ayant aucun lien avec ladite association, il s’agissait surtout de lui rendre service à lui, ce que je refusais, compte tenu de son comportement.

Dans le même temps, j’avais aussi précisé ma position au président de cette association en lui expliquant, qu’en cas de non règlement, je ne viendrai pas. Je dois préciser que durant longtemps, j’ai cru que c’était Gérard qui assurait la présidence de cette association. Gérard adore se faire passer pour un cador alors qu’il n’est qu’une parasite.

Jeudi soir, veille de la formation, Gérard ayant manifestement décidé de me régler, il me demande si je serai là lundi soir pour cette communication. Je lui explique que si je suis payé, alors oui je viendrai mais uniquement à cette condition. Vendredi n’ayant rien reçu, Gérard ayant refusé de me payer, j’explique seulement que je porterai l’affaire devant les tribunaux. Toutefois, je n’ai rien dit concernant cette communication afin de ne pas éveiller ses soupçons, tant et si bien que j’étais sur que ce crétin était persuadé que je viendrais. Je ne l'en ai surtout pas dissuadé.

Connaissant Gérard, j’étais sur qu’il avait menti au président, en lui disant que nous avions trouvé un accord et en se faisant fort de me faire venir, « parce qu’au fond, je suis quelqu’un de coléreux mais de sympa », ce qui peut se traduire en langage de narcissique par : « c’est une grande gueule qui ne mord pas et que je peux manipuler comme bon me semble ». Pour ma part, je suis resté dans le contrôle, me contentant d’attendre lundi soir.

Cet après midi, le président m’a téléphoné pour savoir se je viendrais ce soir et il semblait inquiet. Je lui ai clairement dit que je n’avais aucune nouvelle de Gérard et que ma participation restait subordonnée au règlement de mes honoraires. Il m’a expliqué que Gérard l’avait assuré que nous avions trouvé un accord. Il a rajouté qu’il souhaitait vraiment que nous ayons trouvé un accord, car il n’aimerait pas avoir organisé cette importante réunion pour rien, au cas où je ne viendrais pas.

Je lui ai dit que je le comprenais mais que j’étais persuadé que Gérard avait parfaitement entériné que je ne viendrais qu’à la condition expresse d’avoir été préalablement payé. J’ai rajouté que toutefois, s'il lui avait dit que nous avions trouvé un accord, c’est qu’il allait forcément se manifester d’un moment à l’autre pour me dire que mon chèque était prêt et que j’attendais donc son appel, auquel cas, je serais là ce soir !

Pauvre président, qui ne sait toujours pas comment fonctionne les narcissiques ! Pour ma part, je restais sur ma position, persuadé qu’il lui avait menti, lui ayant expliqué je ne sais quoi sur le fait que, lui et moi avions trouvé un accord, et l’assurant de ma participation. Je l’imaginais déjà, sur de lui, persuadé de m’avoir manipulé en me prenant par les bons sentiments, imaginant que jamais je n’oserais planter une présidente d’association.

C’était mal me connaître. Gérard en bon pervers narcissique qu’il est, part du principe que son adversaire n’osera jamais rendre coup pour coup, car lui restera paralysé par sa propre morale. Pour ma part, je pense qu’avec Gérard, on se bat avec les armes de Gérard, que si il vous gifle vous devez lui mettre une droite, puis de suite une gauche et si vous le pouvez, placer enfin un uppercut au foie, pour l'achever. Tant qu'il n'est pas KO, il vous nuira.

C'est souvent la pierre d'achoppement lorsque je reçois des patients victimes de narcissiques. Ils ne parviennent pas à comprendre, que pour gagner, ne plus se laisser manipuler, il faille être dur. Eux, restent souvent paralysés par leurs principes, imaginant qu'un narcissique finira par comprendre et s'amender ! Tss, n'importe quoi, c'est justement le problème du narcissique que de n'avoir aucune empathie ! Il faut boxer et le mettre KO, rien de plus ! Puis, ensuite savoir se souvenir que des gens pareils existent et savoir les détecter à temps pour ne jamais tomber dans leurs rets.

Ce soir, ce brave président devait aller me chercher au RER à 18h30, la soirée commençant à 18h45 et mon intervention à 19h00. Gérard ayant fait le mort depuis vendredi soir, ne m’ayant toujours rien proposé quant au règlement de mes honoraires, comme je m’y attendais, j’étais bien sur tranquillement chez moi. Mon portable sonne vers 18h40, puis une seconde fois, une troisième et une quatrième fois ! C’est le nom du président qui s’affiche. Il doit paniquer la pauvre. Je le laisse cruellement paniquer. Après tout, c’est un ancien directeur général de multinationale, il a du connaître pire !

Au cinquième appel, bon prince, je me décide à répondre ; il est 19h30 et je devrais déjà parler depuis une demie heure si tout s’était bien déroulé. Le président paniqué me demande si je suis bloqué dans le RER. Je lui réponds que non, que je suis bloqué chez moi, pour cause de panne de chèque. Il est terrorisé et me dit qu’il y a cent dix personnes dans la salle, et que certaines viennent de province.

Je lui dis que je regrette mais qu’il était au courant de nos accords. Il me dit que Gérard lui a assuré que je viendrais. Je lui réponds qu’il ne faut pas faire confiance à Gérard et le met au défi de trouver un seul mail dans lequel je m’engage en lui rappelant que ma venue a toujours été subordonnée au règlement de mes honoraires par Gérard. Je lui dis qu’il n’a qu’à s’expliquer avec Gérard, et que puisque ce dernier se dit toujours très calé en psychopathologie, il pourra peut-être faire la communication à ma place.

Il répète deux ou trois fois, que pourtant il l’avait assuré de ma participation et je lui réponds à chaque fois, que j’ai toujours été clair, et qu’il n’a jamais été question que je travaille gratuitement alors que mon travail rémunéré ne m’a même pas été payé. Je clos l’entretien en lui disant que qu’il a été abusé par Gérard qui lui a laissé croire que nous avions trouvé un accord et que je le regrette sincèrement.

Lorsqu’il a raccroché, il m’a semblé très en colère après Gérard. De plus Gérard, comme a son habitude était en retard. Je ne suis pas sur qu’il puisse encore jouer longtemps les beaux dans cette association. Toutefois, je n'ai reçu aucun appel de Gérard, ni même aucun mail.

Pour ma part, désireux de rester courtois et persuadé du sérieux de cette association, je me suis engagé verbalement à venir un jour prochain faire ma communication, si le président le désirait afin de réparer cette expérience malheureuse, mais à la seule et unique condition que Gérard en soit définitivement exclue t qu'on m'en apporte la preuve. Car comme je l’ai expliqué à monsieur le Président : « il ne me semble pas que monsieur Gérard présente les conditions de moralité suffisantes me permettant d’associer mon nom, ma réputation et ma profession, à son nom ou à la raison sociale de son cabinet ».

Je déjeune la semaine prochaine avec Monsieur le Président, qui est quelqu’un de très bien. Je sens que je vais habilement tailler un joli costard à Gérard.

Doucement, un par un, je vais tenter de lui ôter tous ses appuis. Gérard parle trop. Tandis qu’il ne sait rien ou presque de moi, il aime tellement se faire valoir, que je connais tout de lui, et notamment des « gens puissants », qu’il se targue de fréquenter. Il se pourrait que dans un proche avenir, Gérard compte moins « d’amis ». Je mets « amis » entre guillemets car un pervers narcissique n’a pas d’amis.

Un narcissique a la peau dure, mais je suis né sous le signe du temps, je suis patient, infiniment patient. D'ailleurs, si vous ne me croyez pas, regardez, c'est écrit en dessous, je n'invente rien !

3 Comments:

Blogger El Gringo said...

Pauvre président (ou présidente?) victime innocente d'un conflit dans lequel il n'est pas partie prenante, pas plus que les 110 personnes qui se sont déplacé pour rien. Il fallait un certain cran pour faire ça et j'imagine que cette décision ne doit pas être facile à assumer.

12/6/07 7:45 AM  
Blogger Alexis said...

En lisant cette passionnante série sur les chacals, je me rends compte que plusieurs fois, au cours de ma carrière professionnelle, j'ai eu affaire à ce genre d'individu. Je ne m'en rendais pas compte. Ce qui est certain, c'est que toutes ces "relations" professionnelles on été très destructrice en un sens. Depuis que je suis indépendant, le problème ne semble plus s'être posé.

12/6/07 10:07 AM  
Blogger Violetta said...

les plus grands narcissiques (dont un pervers) que j'ai pu rencontrer étaient du signe du capricorne.
Méfiez vous de l'astrologie !!!

mouhahahaahaha !!!

19/2/09 5:35 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home