10 juillet, 2007

Quand les masques tombent !

"Portrait d'un gentilhomme génois, dit à tort Portrait de Livio Odeschalchi"
Anton van Dick (1599 - 1641)

Bien souvent, certains individus revêtent une carapace pour masquer leur hypersensibilité. Tandis que certains feindront la froideur et s’astreindront à tout contempler avec un recul exagéré, d’autres seront plus à l’aise dans le rôle du cynique désabusé revenu de tout et d’autres encore dans celui du comique de service feignant de tout prendre avec légèreté.

Je n’oserai pas affirmer qu’il y a autant de carapaces ou de masques que d’individus, néanmoins celles-ci sont nombreuses, et ceux qui les portent, suffisamment habiles pour donner à croire aux idiots que ce qu’ils daignent montrer est l’expression de leur intimité.

Pourtant, en de rares instants, à l’occasion de rencontres fortuites, ces carapaces viennent à se fendre, et les masques à tomber, révélant l’authenticité jusque là dissimulée de ceux qui s’en revêtaient.

« Le gentilhomme s’avance masqué. Et cela, d’autant plus qu’il a l’âme plus sensible et passionnée. S’il lui arrive d’ôter le masque, c’est pour un échange égal, quelque rare moment de communication avec un être de sa race. Ainsi sont préservées les constellations qui se forment naturellement entre les êtres, à même hauteur de beauté, d’intelligence et de noblesse. Ainsi, l’esthétique, c’est-à-dire la morale, est sauve ! »

Michel Mourlet, Un éléphant dans la porcelaine, Edition de la table ronde, 1976

***
Pour des renseignements sur l'auteur, méconnu, rendez-vous ici !

1 Comments:

Blogger Simon said...

Malgré toute ma (fausse) modestie, je m'y retrouve mot pour mot. Un masque en titane pour antéchrist libertarien.

(je profite de mon second passage ici pour vous avouer toute mon admiration... Il est rare de trouver des photos de marcassin de si grande qualité^^)

12/7/07 5:05 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home