03 novembre, 2007

Monde virtuel ou modélisation ?


L'article précédent m'a une vilaine critique de la part d’un accro à Second Life, qui me dit carrément «qu'il m'emmerde et qu'il n'aime pas mon humour ».

Le pauvre garçon ayant refusé d’argumenter, je ne saurais jamais pourquoi il m’en veut à ce point. A vrai dire, je m’en fous, mais nous aurions pu engager un fructueux débat qui l’aurait amené à se ranger à mon point de vue puisque mon adage est « Chacun mes idées ».

Pour ma part, je n'ai pas dit que SL était quelque chose de nul. C'est plutôt amusant, même si techniquement, cela reste un peu mince. Des jeux sur PC sont aujourd'hui graphiquement plus aboutis que SL, c'est un fait indéniable.


En réalité, ce que je reproche à SL, c'est d'être une arnaque dans le sens, où Linden Labs nous vend une seconde vie qui n’existe pas et ne peut exister, un monde virtuel qui n'a rien de virtuel. On définit généralement la réalité virtuelle comme étant : une simulation informatique interactive immersive, visuelle, sonore et/ou haptique (toucher), d’environnements réels ou imaginaires. Cette expression créée par Jaron Lanier en 1985 pour désigner un espace de représentation réaliste, tri-dimensionnel, calculé en temps réel, immersif est parfaitement adaptée à SL. SL n'est que cela et rien d'autre.


En français, il est malaisé de définir précisément ce qu’est la réalité virtuelle que l’on confond souvent avec la fiction. L’expression réalité virtuelle pourrait même s’apparenter à un oxymoron dans la mesure ou les termes réalité et virtuelle qui la composent, s’opposent entre eux. Le réel serait ce que l’on touche tandis que le virtuel serait le produit de l’imagination, comme peut l’être la fiction. Dès lors, l'expression réalité virtuelle pourrait être aussi surprenante que de parler d'eau sèche.

De fait, le terme anglais virtual est bien plus nuancé puisqu’il signifierait plutôt « quasi, presque ». En Parlant de virtual reality, Jaron Lanier parlait probablement de « quasi-réalité » mais certainement pas de fiction. En français, « réalité » ne s'oppose pas à « virtuel » mais à « fiction ». Rappelons, que le contraire de « virtuel » est « actuel » et non « réel ». Le virtuel est donc bien une composante de la réalité, c'est le réel avant qu'il ne se réalise, c’est une modélisation du réel, le plan avant la construction. SL n’est que cela, c’est un modèle de la réalité et non une seconde vie, comme on tente de nous le faire croire abusivement.

Pour rappel, le terme modèle, tel que je l’entends ici, est un assemblage de concepts représentant de manière simplifiée une chose réelle déjà existante (objet, phénomène, etc.), en vue de la comprendre et d'en prédire le comportement.

En ce sens SL, n'est pas une fiction mais une modélisation tridimensionnelle du monde réel dans lequel les limites sont simplement repoussées. La structure de l'individu qui est finalement l'opérateur de ce monde, n'est jamais absente, mais tout juste modifiée. Il n'y a donc rien de nouveau dans SL.

La petite fille qui s'imagine mère de famille avec ses poupées, ou le petit garçon qui joue à la guerre, dispose déjà de la faculté de créer un monde virtuel via son imaginaire, lequel reste toujours lié à des représentations disponibles dans le monde réel. L’enfant modélise déjà, en le simplifiant, et sans le savoir, son futur monde d’adulte, afin d’apprendre à le contrôler.

L'auteur qui invente une utopie (monde parfait) ou une dystopie (monde parfait qui vire à l'aigre) crée aussi un monde virtuel basé sur des éléments réels. Il en fait donc que modéliser ce que le monde pourrait devenir selon lui.

SL fait de même et n'invente donc rien mais propose juste des moyens informatiques permettant à des adultes de jouer ou d'être les héros de leurs romans. Un logiciel comme Architecte3D, permettait à n’importe qui ou presque, de réaliser son projet informatique. Et bien SL rajoute une fonction essentielle qui est de faire visiter le projet que vous avez bâti à autrui. SL, c’est Architecte 3D avec une interactivité en plus. Ce n’est pas très novateur, ce n’est pas une seconde vie, mais c’est suffisant bien fait pour intéresser des individus divers (curieux, entreprises testant des produits ou services, amateurs de rencontres, etc.).

Second Life arnaque donc l'amateur en lui proposant une seconde vie, dans la mesure où c'est impossible. Au plan individuel, Second Life, ne propose au mieux que la possibilité d’imaginer un monde un peu différent, ce qui sera utile à ceux qui veulent tester in situ des concepts afin d'en évaluer la pertinence, et au pire de créer un halo fantasmatique, entre certains individus fragilisées, et un réel qui leur apparaîtrait trop dur à supporter. Pas plus Second Life, que la meilleure héroïne disponible sur le marché, ne permet à un individu une vraie seconde vie, la descente est toujours là : le trip a une fin.


D’un point de vue psychopathologique, tant que SL est un jeu ou une adaptation mineure à un quotidien éprouvant, tels que peuvent l'être des activités aussi prosaïques qu'aller boire un coup au café, jouer en ligne, ou lire, ce n'est pas dangereux. Mais si SL, se proposait d'être une vraie seconde vie, on entrerait de plain pied dans un processus d'addiction aussi dangereux que la drogue. Vendre SL comme une alternative à une première vie peu satisfaisante, c'est être un dealer.

La virtualité, comprise en tant que fiction, n'est pas de ce monde, tout au plus peut-on vous présenter une quasi-réalité. SL, c’est rigolo mais finalement, si l’on n’y a pas un projet bien défini, on s’y ennuie bien vite. Pour s’en persuader, il n’y qu’à visiter les nombreuses îles, et on constate que l’immense majorité de ceux qui un jour, on décidé d’y construire une résidence, n’y viennent jamais. SL est un monde gigantesque mais un monde mort.

SL attire beaucoup mais retient rarement car dans les faits, SL promet beaucoup mais offre finalement peu.

10 Comments:

Anonymous HP said...

Bravo pour votre blog et votre humour.
Pour les "mondes virtuels", je vous recommande la lecture du roman de Tad Willaims "Autremonde" chez Presse Pocket. Bien mieux que SL;

6/11/07 5:47 PM  
Blogger El Gringo said...

"La petite fille qui s'imagine mère de famille avec ses poupées, ou le petit garçon qui joue à la guerre"

Odieux sexiste, tss...

7/11/07 12:19 AM  
Blogger Alexis said...

Excellentissime !

7/11/07 10:19 AM  
Anonymous Anonyme said...

Gloire ! Gloire !

Gloire à Phiphi.

Gloire à l'Océan de sagesse.

Toju.

7/11/07 11:09 AM  
Blogger philippe psy said...

@El Gringo : C'est vrai que cela pourrait sembler sexiste. Et je suis sur que des petites filles jouent à la guerre et des petits garçons à la poupée. Emmmanuel, est-ce que ta réflexion est une manière de vouloir avouer quelque chose ? Aimais tu, lorsqu tu étais petit, coiffer les Barbies de ta soeur ? Leurs cousais-tu des petits habits ? Parle, cela te liberera !


@Toju : vous êtes autorisé à m'admirer !

7/11/07 2:47 PM  
Blogger El Gringo said...

En fait, ce que j'aimais bien avec les Barbies de ma soeur, c'était leur retirer leurs vêtements mais ça ne m'a pas permis de percer beaucoup de mystères...

Voilà, je vous dois combien docteur?

7/11/07 3:55 PM  
Blogger philippe psy said...

Dis moi El Gringo ? après les avoir déshabillées, arrachais-tu les membres des Barbies de ta soeur ? Parle en toute confiance ! Confie toi ! Je suis ton ami !

8/11/07 12:46 AM  
Anonymous Anonyme said...

Regard profond, hochement de tête (inutiles si l'analysant vous tourne le dos, d'ailleurs) : "hm, hm, *percer* beaucoup de mystère ?.."

9/11/07 3:01 PM  
Anonymous Lucie said...

super article, belle analyse.

11/11/07 4:11 AM  
Anonymous Anonyme said...

Vous changerez peut être un peu de position ou du moins de vocabulaire, avec "l'étoffe de la réalité" de David Deutsch, et en particulier avec l'interprétation des univers multiples, initialement pour les mathématiques et la mécanique quantique, repris par les littéraires pour l'analyse des fictions. C'est un domaine qui peut paraitre éloigné de la question,(les probabilités etc) mais en somme il permet de définir le virtuel un peu différement. désolé pour ce message obscur....

8/2/08 12:30 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home