12 février, 2009

Je hais (presque tous) mes confrères !

Mec sympa qui a fait beaucoup pour humaniser mon boulot !

Je fréquente peu de confrères. Je les trouve généralement chiants et vachement moins intelligents que moi. Pas très déontologique de dire cela, mais bon c'est ainsi. En fait, j'ai deux très bons amis psychiatres.

Mais je les aime bien avant tout parce qu'ils sont super cultivés et qu'on peut parler de tout, sauf de psy entre nous. Et si, on en parle, ils sont suffisamment intelligents pour discerner l'essentiel de l'accessoire et ne pas sombrer dans la psychologisation à outrance.

Je déteste les gens qui psychologisent. J'ai l'impression de me retrouver dans un article à la con de Marie-Claire ou de Elle quand j'entends les gens psychologiser. Ça galvaude notre métier et nos connaissances de toujours tout analyser. Après, on nous prend pour des charlots, comme si notre boulot consistait à parler de conneries avec des pétasses.

Alors qu'en fait, on est confronté à la détresse psychique et que ce n'est pas toujours rigolo. On devrait mériter un minimum de respect, au lieu de quoi on fait peur aux crétins, qui pensent qu'on des pouvoirs cachés, et on fait rire les gens plus intelligents qui nous prennent pour des cons. Tout cela parce qu'il y a trop de psys qui psychologisent à tout va, dans leur vie, chez leurs amis, à la télé ou dans les journaux ! Putain, parfois cela me fait chier quand je dis mon boulot , d'être assimilé à ces truffes de psys médiatisés, glosant à tout bout de champ sur n'importe quoi !

La psychopathologie est instrument puissant et très fin, pas un jouet avec lequel on s'amuse à diagnostiquer n'importe quoi chez n'importe qui, histoire de montrer qu'on connait des mots savants. J'ai toujours détesté ces psys à deux balles qui s'amusent à diagnostiquer tout le temps, s'entêtant à trouver des trucs graves chez des gens qui n'ont rien du tout. Avec ces connards, si vous vous mettez en colère - émotion naturelle - toc, vous devenez caractériel,. Si vous jouez un peu le beau, vous vous retrouvez avec une étiquette de narcissique.

Même si je ne suis pas un grand fan de Sarko, quand j'entends des confrères tenter d'établir son portrait psychologique, j'ai envie de les baffer ! Cela ne se fait pas ou alors dans l'intimité. Parce que justement, chacun à le droit à son intimité sans que tous ses faits et gestes soient analysés dans leurs moindres détails.

Vendredi dernier j'ai fait une soirée comme chaque premier vendredi du mois. J'avais invité une consœur. Manifestement, et sans doute parce qu'il ne succombe pas à ses charmes, elle s'en est prise à un bon ami qui roule dans une voiture anglaise en plastique. Ça a été chaud entre les deux et les noms d'oiseaux ont fusé.

Çà, à la limite je m'en tape. On a le droit de ne pas s'apprécier, je le comprends. Il suffit alors de s'ignorer. On se dit bonjour et au revoir et la maison est assez grande pour ne jamais se croiser au cours de la soirée. Je m'en fous, je n'en voulais à aucun des deux.

En revanche, je n'ai pas apprécié que ma consœur m'envoie un mail dans lequel elle me disait que cet ami était un "dangereux psychopathe narcissique et immature proche du passage à l'acte" en me rappelant que "les prisons étaient pleines de vieux petits garçons comme lui". D'accord, il s'achète un Archos7 mais bon, ça n'entraîne pas le fait d'être psychopathe et narcissique, tout juste de ne rien connaitre aux lecteurs MP3 !

En plus, je me souviens que cette conne l'a chauffé, chauffé et encore chauffé, et qu'après elle s'étonne de s'en prendre plein la gueule. Ben oui, un mec ça secrètera toujours 20 à 40 fois plus de testostérone qu'une gonzesse. Et un mec un peu bourré, c'est encore plus rapide à s'énerver. Donc il ne faut pas s'étonner de s'en prendre plein les gencives après avoir asticoté un mec toute une soirée. C'est un peu comme de pleurnicher après s'être fait mordre par un chien qu'on n'a pas cessé de faire chier. Les chiens ont des crocs qui servent à mordre quand on les emmerde, même les plus gentils !

D'une part, je déteste qu'on critique mes amis. C'est un droit qui m'est strictement réservé. J'ai sans doute des défauts mais je suis fidèle en amitié. Enfin, je ne supporte pas ces psys qui galvaudent le savoir que la faculté a tenté de leur donner en faisant de la psychanalyse sauvage à tout bout de champ. C'est insupportable ce mauvais usage de nos connaissances, un peu comme si un médecin faisait des ordonnances à tout bout de champ pour étaler son savoir et montrer son statut !

Alors, ma chère consœur ne foutra plus les pieds chez moi. Plus de regard inquisiteur, de diagnostics alambiqués et erronés - simplement parce qu'un mec ne la regarde pas - et plus de crises débiles. Décidément, je ne supporte pas les psys ! Et je supporte encore moins ceux qui une fois leur diplômes obtenus n'ont jamais été face à des patients, parce qu'ils ont peur d'exercer, et qui osent encore croire qu'ils connaissent l'âme humaine !

Article 11 du Code de déontologie des psychologues
Le psychologue n’use pas de sa position à des fins personnelles, de prosélytisme ou d’aliénation d’autrui. Il ne répond pas à la demande d’un tiers qui recherche un avantage illicite ou immoral, ou qui fait acte d’autorité abusive dans le recours à ses services. Le psychologue n’engage pas d’évaluation ou de traitement impliquant des personnes auxquelles il serait déjà personnellement lié.

15 Comments:

Blogger claudia13013 said...

J'ai travaillé avec un psychiatre durant des années et je lui dois beaucoup : surtout son écoute... ce qui est d'une si grande rareté en ce monde !

Mais j'avoue humblement que je ne supporte pas les psychologues qui travaillent avec moi. Ils, elles, sont privilégiés (ées) grâce à leur convention et ne savent que répéter à l'envi leurs "longues" études... sans jamais avoir su aidé leurs "collègues" de travail (et je ne parle pas de moi dans ce cas).

Alors oui, ils (elles) osent encore croire qu'ils (elles) connaissent l'âme humaine mais ils ne savent même pas ouvrir les yeux sur l'autre et ne voient que leur petit nombril.

Mais ma réflexion est aussi valable en fait pour la grande majorité des gens que je côtoie... et on me trouve souvent pédante, ils sont si fades, si incultes : décidément, je trouve les gens non seulement "chiants" comme vous le dites mais en plus incultes et tristes... mais triiiiistes...

Et je vous trouve super irritant parfois c'est pour cela que je vous écoute et vous lis : j'aime... vous me faites penser à cet ongle qui soulève sans cesse la croûte de la couronne du genou, simplement parce qu'elle est un peu en relief ! avec cette envie d'aller voir ce qui se cache dessous et le dilemme de la laisser en paix cicatriser.

Bref, je vous trouve tellement humain que c'est un plaisir de vous lire.

claudia

12/2/09 7:36 AM  
Blogger dsl said...

Bon, c'est très bien de citer le code de déontologie, m'enfin, dites plutôt que la petasse vous a vraiment fait chier parce que je suis quasiment certain qu'il vous est arrivé de faire la même chose qu'elle (mais avec talent et justesse contrairement à elle).

12/2/09 2:39 PM  
Blogger El Gringo said...

Il ne répond pas à la demande d’un tiers qui recherche un avantage illicite ou immoral

Dommage...

12/2/09 9:01 PM  
Blogger Tom said...

Etre comparé à un ongle qui va gratter une croute dégueulasse, ça ne peut être que sincère :)

12/2/09 9:52 PM  
Blogger philippe psy said...

Oui l'image de l'ongle et de la croûte, c'est moyen. Mais bon c'est une image forte qui illustre bien les propos de Claudia.

DSL, je n'ai jamais fait cela. Je suis réputé pour dédramatiser. Disons, que je le fais rarement. JE n'aime pas l'analyse sauvage.

13/2/09 3:03 AM  
Blogger GCM said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

13/2/09 9:05 PM  
Blogger claudia13013 said...

Il n'y avait aucunement l'idée du côté "dégueulasse" dans mes propos, mais simplement l'image du titillement un peu comme, en conduisant, on rogne l'ongle qui est un peu écorné alors qu'on s'était promis d'attendre de le limer soigneusement en rentrant chez soi.

Disons que je trouve Phillippe à la fois irritant et tout à fait apaisant dans ses propos parfois... quand on en oublie sa "déviance" professionnelle.

En aucun cas, mes propos sont péjoratifs, cela s'entend ;-)

14/2/09 4:55 PM  
Blogger philippe psy said...

Claudia, je le savais parfaitement, rassurez-vous !

Et être comparé à un ongle sale grattant une croûte noirâtre recouvrant une plaie purulente est une image seyante qui me convient !!!


Je plaisanteeeeeeuuuuuuhhhhhh !

14/2/09 6:27 PM  
Blogger claudia13013 said...

Finalement, j'adore !... votre façon de titiller là où ça fait mal et d'en rajouter une couche…. purulente ou pas, mais suffisamment noirâtre pour donner envie d'y revenir.

Peut-être un esprit quelque peu machiavélique ??? enfin à peine, heueueu pas aussi fort que ça. Mais dans cet esprit là.

Ou bien est-ce tout simplement mon interprétation… ou ma vision perso dans le miroir épistolaire, qui sait ?

Ce qui est sûr, c'est certainement le plaisir de rencontrer, après tant d'errances "blogguiennes" enfin quelqu'un qui répond sincèrement à un commentaire…

Je vous souhaite un doux dimanche. Claudia

15/2/09 11:38 AM  
Blogger philippe psy said...

Ma chère Claudia,

Après avoir gratté les croutes, il me reste toujours du temps pour répondre aux commentaires.

Ceci dit, je crois me souvenir que j'aurais du répondre à quelqu'un et que je ne l'ai jamais fait. Une certaine Albane peut -être ?

Il faut dire qu'elle s'entête à mettre un commentaire sur un très vieux message. Or une fois le commentaire modéré, je ne peux savoir où il est. Qu'elle me laisse son commentaire ici !!!

15/2/09 11:47 PM  
Blogger claudia13013 said...

Hum "chère" si vite ? je risquerais de le croire ;-)

Mais je vais modérer mes ardeurs...et mes écrits car je sais être très prolixe... au risque de devenir envahissante.

Je rebondis simplement sur votre remarque (à l'attention d'Albanne) pour vous signaler justement que j'espérais une réposne (promise virtuelle mais par écrit) sur votre article du poney.

Et je l'espère toujours. (mais seulement si cela vous est agréable.

Allez, promis.... je reprends le boulot et donc aurai moins le temps de vous bassiner. (pas forcément vous mais vos lecteurs aussi).

16/2/09 6:14 AM  
Blogger Criticus said...

@ Philippe : tu es au courant pour ce jeudi 19 février, 20h au métro Mabillon (10) ? (dîner-LHC)

17/2/09 11:17 PM  
Blogger philippe psy said...

Du tout !! :))) J'ai été super occupé et peu devant le net. Je vous donnerai mon portable, ce sera plus simple.

Pour jeudi je tente le coup.

17/2/09 11:49 PM  
Blogger Criticus said...

Tu peux m'envoyer ton numéro à l'adresse qui s'affiche dans mon profil Blogger et sur mon blog.

À jeudi soir !

17/2/09 11:54 PM  
Blogger Astrale said...

Hé ben vouai! ce devait être une soirée super chiante.
L'article par contre m'a bien amusé. Le fait est que les gens qui psychologisent sans arrêt(e dans le beefteck) sont effroyablement ennuyeux.
Bye!

21/2/09 11:41 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home