16 février, 2009

Roselyne Bachelot et George Kelly !

George Kelly, une belle tête de psy !

Si le projet de loi proposé par la ministre de la Santé Roselyne Bachelot était adopté en l'état, les dégustations de vin pourraient disparaître. Les viticulteurs s'élèvent contre un article du projet de loi qui pourrait les priver de l'un de leurs meilleurs arguments de vente

Les vignerons voient rouge car plusieurs dispositions du projet de loi « Hôpital, patients, santé et territoires » de la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, et plus particulièrement son article 24 vont à l'encontre de leurs intérêts économiques.

C'est ainsi que le texte stipule : « il est interdit d'offrir gratuitement à volonté des boissons alcooliques dans un but promotionnel ou de les vendre au forfait ». Les « open bars » sont les principales cibles visées par cette loi, au nom de la lutte contre l'alcoolisme des jeunes. Le problème est bien entendu que cet article rend également illégale la dégustation gratuite dans les caves, salons, foires ou domaines viticoles.

On surestime toujours l'intelligence de nos dirigeants. Pourtant, coupés du monde depuis tant d'années, il y a toutes les chances pour que leurs décisions soient presque toujours calamiteuses. George Kelly, psychologue américain (1905-1966) et l'un des pères des thérapies cognitives avait étudié ce phénomène en son temps.

En effet, avec son franc parler, Kelly expliquait que les névrosés étaient souvent des gens intelligents passant leur temps à faire des conneries.

Le psychologue américain Georges Kelly, considéré comme un des pères fondateurs de la psychothérapie cognitive, fut avant tout un constructiviste : le monde réel n’existe pour chaque sujet qu’à travers le filtre de sa subjectivité. Pour George Kelly, à la manière d’un scientifique intuitif, l’être humain formule des hypothèses à propos du monde réel dont découlent des anticipations, des prédictions à partir d’un système de catégorisation, les personal constructs ou "constructions personnelles".


Ces personal constructs possèdent une structure binaire telles que bon-mauvais, beau-laid, avare-généreux et peuvent avoir des usages différents selon les individus, le contexte ou le moment. La personnalité d’un individu résulte de l’ensemble de ses personal constructs au travers desquels il interprète la réalité de façon unique. Ils sont habituellement conscients et verbaux.


Lorsque le répertoire des personal constructs est insuffisant ou insuffisamment perfectionné, ou s’il manque d’usage ou de mises à jour, la perception du monde réel devient inadéquate. Apparaissent alors l’angoisse, la dépression et divers mécanismes psychopathologiques. Le sujet se replie sur des croyances archaïques, des personal constructs rudimentaires ou dogmatiques, dont résultent les troubles de la personnalité.


L'originalité des travaux de Kelly, est que l’origine des troubles de la personnalité ne doit pas être cherchée dans les traumatismes du passé, conception aux antipodes des thèses psychanalystes alors dominantes à son époque, ni même dans les stimuli extérieurs actuels à l’encontre du courant behavioriste, mais dans l’interaction entre les concepts-traits personnels et la réalité.


Un individu en bonne santé mentale cherche à améliorer son système de prédictions en enrichissant la complexité et le fonctionnement de ses concepts-traits personnels. Pour c"la, il faut que l'individu ait envie d'apprendre, accepte de remettre en cause ses personal constructs existants pour les améliorer ou en créer d'autres. Il ne doit donc pas vivre dans un repli autistique.


Kelly a proposé une méthode d’apprentissage de personal constructs plus adéquate nommée fixed role therapy dérivée de la méthode des jeux de rôles fixés inventés par Jacob Levi Moreno. Elle consiste à mettre en situation un patient qui endosse le rôle d’un personnage pourvu de compétences sociales supérieures aux siennes. Un patient timide joue le rôle d’un personnage plein d’assurance, puis confronté à un épisode de la vie quotidienne qui le met dans l’embarras, se remémore le personnage joué précédemment et adopte un comportement assertif. Refaire les batailles de la vie permet d’affronter les futures.


En ce sens, les travaux de Kelly permettent d'appréhender pourquoi les gens intelligents qui nous gouvernent passent leur temps à faire des conneries. "Fils ou filles de", diplômés de grandes écoles suradmirés et jamais remis en cause, glandeurs ès cabinets ministériels, tendus vers la conservation de leurs prébendes, les gouvernants sont trop souvent incapables de remettre en cause leurs personal constructs et vivent avec des systèmes de pensée sclérosés qui les coupent du monde. Arcboutés sur un mode de pensée archaïque qui les fait voir le monde tel qu'il n'est pas, nos dirigeants sont sans doute les moins bien placés pour nous guider.


On peut admirer la carrière de Roselyne Bachelot ici. Rappelons que, fille du député Jean Narquin, elle lui succèdera dans la même circonscription après une expérience professionnelle dans le privé de seulement sept ans exercée au sein d'une profession réglementée à l'abri de toute concurrence trop dure.

14 Comments:

Blogger El Gringo said...

...une expérience professionnelle dans le privé de seulement sept ans exercée au sein d'une profession réglementée à l'abri de toute concurrence trop dure.

C'est toujours mieux que Ségolène Royal (et tant d'autres...) qui après l'ENA n'a pas travaillé une seule minute de sa vie professionnelle dans une entreprise.

18/2/09 12:18 PM  
Blogger Alexis said...

Tout ceci a un petit parfum de prohibition. Bientôt le retour des speak-easy :-)

18/2/09 1:35 PM  
Blogger Stéphanie said...

Ceci rejoint l'une de mes questions "obsessionnelles" : comment faire pour que nos dirigeants ne soient plus issus des "happy few" non qualifiés ?

Et surtout je pense que les personnes les plus aptes à exercer le pouvoir sont justement celles qui n'en veulent pas...alors que faire ?

Ahhhhhhhhh, toujours des questions et jamais de réponses : la vie, c'est épuisant !

18/2/09 2:03 PM  
Blogger claudia13013 said...

La dégustation est indispensable aux viticulteurs. C'est d'ailleurs peut-être leur seul argument pour faire goûter leurs produits, contrairement à d'autres circuits de distribution.

Mais si vraiment la dégustation gratuite venait à être interdite, qui les empêche de faire payer un centime le verre ?


Bon peut-être aussi est-ce encore une façon détournée de faire de la pub gratuite aux alcooliers ? non ?!? non. c'est juste moi qui suis un peu trop machiavélique.


Quand à la vente de vins par Internet… je dirais : "finaude l'administration !" car si l'assimilation de la vente de vins en ligne est assimilée à la vente à emporter, cela la soumet au régime de la même licence… licence gratuite depuis 1941 mais qui devrait devenir très vite payante.

Et possibilité pour l’administration de recenser les vendeurs de vin en ligne et donc éventuellement de vérifier un jour ou l’autre s’ils respectent leurs nombreuses obligations fiscales liées au commerce d’alcool.

Bref, encore un décret à la …. Mais travaillant dans le domaine de l'addictologie, je ne suis pas (déontologiquement) autorisée à avoir un avis personnel allant à l'encontre de ceux qui m'emploient.


Je crains juste qu'un de ces jours ces supers "têtes bien pensantes" en arrivent à faire voter un décret interdisant de montrer en public nos émotions… contrôlées ou non….

A quand des psycho-flics dans les rues ?

18/2/09 2:27 PM  
Blogger Violetta said...

A vous lire, comme ça, les travaux de Kelly (outre qu'ils semblent être comme souvent de la part de psy américains, catégoriels et a-émotionnels) et plus spécifiquement les "fixed roles therapies" m'évoquent l'expérience de Milgram.

Je suis toujours assez estomaquée que certaines personnes, aussi inventives soient elles, considèrent détenir le savoir, surtout quand ce savoir serait le réel. Ce brave Kelly n'est pas moins sujet à considérer le réel à l'aune de ses filtres personnels, même s'il les a déconstruits ou observés finement.

Le réel ça reste définitivement quand on se cogne (pour paraphraser)

Quant à Roselyne Bachelot, névrosée ou pas, produit de son environnement, je ne pense pas qu'elle ait envie de se remettre en question.
Je ne la vois même pas se poser de questions.
Ces gens là n'ont que des réponses.

19/2/09 10:52 AM  
Blogger J said...

"comment faire pour que nos dirigeants ne soient plus issus des "happy few" non qualifiés ?"

En arrêtant de voter. Et à la place on choisira chacun ses propres gouvernants ou aucun, tout en pouvant en changer à volonté. Ce qui implique de ne les payer que si on le voit, et à hauteur de ce que l'on souhaite leur donner uniquement.

Soit dit en passant, ces "personal constructs" ressemblent étrangement aux mèmes de sieur Dawkins.

19/2/09 4:24 PM  
Blogger philippe psy said...

Violetta,

vous vous énervez pour finir par dire la même chose que moi. D'ailleurs vous vous énervez dans tous les commentaires que vous me laissez !

Vous devriez faire votre blog à vous, dans lequel vous pourriez dire ce que vous voulez.

Quant à critiquez Kelly aussi simplement, vous vous méprenez. Ses travaux sont très amusants. Et ce d'autant plus qu'ils datent d'une époque ou la psychanalyse régnait sans partage.

20/2/09 1:29 AM  
Blogger Stéphanie said...

Je suis allée lire ce qui concerne les théories de Kelly (je vous préviens, c'est en anglais : j'en profite pour frimer un peu) et c'est exactement l'inverse de ce que croit Violetta : Kelly ne pense absolument pas détenir la vérité, au contraire il crée un système qui laisse une immense marge de manoeuvre à chacun.
Je ne développe pas, ce serait trop long mais allez voir.

Violetta est peut-être une sartrienne-anti-psycho-au-nom-de-la-liberté ? :))))

20/2/09 11:26 AM  
Blogger Larry said...

Très intéressant ton exposé sur Kelly.
Ça rejoint l'épistémologie de Popper : on observe ce que l'on est déjà prêt à observer grâce à des théories préalables que l'on se fait de la réalité Ça rejoint aussi l'éthologie : par exemple sur la nature et le rôle des recepteurs, tels qu'expliqués par Konrad Lorenz. Ainsi l'oeil d'une certaine grenouille serait particulièrement adapté pour "voir" une proie d'une certaine taille passant de gauche à droite (de mémoire). Tout cela pour dire que chez certaines espèces, la nature - Dieu, l'évolution - a déjà mis un filtre dans le récepteur. Nous devons en avoir tout plein nous aussi, sans nous en rendre conmpte, tout en nous prenant pour les rois de la création, rationnels, sans préjugés quand nous prenons de la hauteur!.
Il y a un côté amusant dans les pratiques culturelles que le sujet du vin évoque. Ainsi Charles Pasqua parlait avec conviction et force de la lutte contre la drogue, et le mot "drogue" avait dans sa bouche un relief particulier grâce à son accent marseillais, alors que dans une autre vie il avait fait - en tant que chef chez Pernod ou Ricard - la promotion de l'alcool en milieu rural lors de courses cyclistes et autres événements "culturels", alors que Theodore Dalrymple, ex médecin des prisons britanniques est formel - expérimentalement - : l'alcool est beaucoup plus dangereux que cocaïne ou héroïne (effet, sevrage ...).
Un point amusant dans la biographie de Rosine : elle a travaillé sur la spectrographie infrarouge. Elle aurait pu aller directement au rouge. Peut être aurait elle été plus indulgente.
PS : J'aime bien boire du rouge, déguster, découvrir. Modérément.

20/2/09 7:11 PM  
Blogger dsl said...

J'ai toujours du mal avec la critique généralisée du politique.
Se présenter aux élections, se faire élire, puis effectuer un mandat et continuer, ne me semble pas à la portée du premier venu.
Si nos politiques sont si mauvais comment expliquer qu'on ne cesse de voter pour eux !
Il faut donc que nous soyons aussi nuls qu'eux, et nous sommes donc forcés d'admettre en ce cas, qu'ils nous représentent d'une fort belle façon.

21/2/09 1:38 PM  
Blogger philippe psy said...

@DSL : certes vous avez raison. Sauf que moi, je ne leur demande rien, enfin pas plus que ce que je ne demande au sydinc de copro qui gère l'immeuble où j'ai mon cabinet. Je n'ai pas d'admiration particulière pour un élu.

21/2/09 5:43 PM  
Blogger Sylvain JUTTEAU said...

Bravo pour cet article !

Excellent !

J'ai beaucoup apprécié l'analyse sur les "personnal constructs". C'est à mes yeux l'une des principales raisons de l'absence de solution évidente à la crise financière.

En effet, les acteurs de la sphère financière sont engoncés dans leur "personnal construct"...Et c'est à ces mêmes acteurs que l'on demande des solutions.

J'en profite pour SPAMMER sur mon blog. Monsieur Philippe psy m'a conseillé de mettre un compteur de visites.

Mon blog a dépassé les 3000 visites. http://projeteuropeen.blogspot.com/
C'est minuscule par rapport au blog de monsieur Philippe Psy, mais ça fait tout de même un petit courant de visiteurs.

J'ai ajouté en marge de droite quelques flux RSS, qui permettent de rafraîchir le contenu, étant donné que je ne publie qu'un article par mois environ.

D'autre part, j'ai pris le parti de présenter les articles sous forme de dialogue, qui sont plus lisibles que les premiers écrits, trop hermétiques de l'avis de tous.

Toju.




http://projeteuropeen.blogspot.com/

23/2/09 3:05 PM  
Blogger Sylvain JUTTEAU said...

A propos de personnal construct :



Je crois que ceux qui ont la foi ont un "personnal contruct" qui leur fait penser que l'intelligence découle de la sagesse.

A l'inverse, ceux qui n'ont pas la foi pensent que la sagesse découle de l'intelligence.

D'où un effort puissant qui est recquis pour comprendre l'autre.

***

A l'heure où j'écris, le Blog de Philippe Psy approche les ...220.000 visites !

Toju

http://projeteuropeen.blogspot.com/

23/2/09 3:14 PM  
Blogger claudia13013 said...

Voilà ce qui m'irrite souvent : ceux qui se prennent la tête avec des piochages de "gros mots" rigolo-psycho-demes2 ! et surtout qui les transcrivent avec des fautes d'orthographe en tentant de rassembler des bouts de définitions pour faire un semblant de commentaire qui ne sert en fait que d'hameçonnage pour une visite bloggueuse. Halalà !

24/2/09 12:04 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home