15 mai, 2009

Les enfants sont des salauds !


Les discussions de filles sur les enfants m'agacent toujours profondément. Voir en l'enfant un petit être adorable est une fumisterie. L'enfant est bête et cruel et il a besoin des adultes pour vivre en société. Son misérable cerveau en devenir, aux connections neuronales non abouties, ne lui permet pas d'envisager des situations complexes. En bref, sans l'adulte l'enfant serait un monstre.

J'ai reçu récemment une nouvelle patiente. Une assez jolie brune volcanique et vraiment sympa. On pourrait s'étonner que cette petite trentenaire n'ait pas encore trouvé preneur. Elle fait toujours bonne figure et depuis quelques semaines, je ne saisissais pas bien pourquoi elle me consultait. Certes, gagner de l'argent en papotant avec de jolies filles est chose agréable, mais je reste honnête. Mon métier est d'aider les gens et non de jouer le payed-friend !

Il aura fallu que l'on sorte ensemble pour que saisisse toute sa détresse. Quand je dis sortir ensemble, il ne s'agit pas de lui avoir roulé des pelles en dansant des slows ! Un soir, alors que c'était ma dernière patiente, nous sommes allés vers le métro ensemble et j'ai remarqué un truc : elle boitait. Je ne m'en étais jamais aperçu.

Naïvement, je lui ai demandé si elle s'était fait une entorse ou blessée d'une quelconque manière. Elle m'a souri et m'a dit que pas du tout, qu'elle était hémiplégique depuis toute petite suite à un accident. Je lui ai dit que je ne m'en était jamais rendu compte. Elle m'a alors expliqué son calvaire tandis que nous marchions vers le métro.

Elle me l'a raconté gaiement comme si tout cela était loin derrière elle. Elle m'a parlé des séances de kiné quotidiennes, des difficultés qu'elle avait eu pour réutiliser un peu sa main, etc. Et puis, comme s'il s'agissait d'une bonne blague, elle m'a dit : "Et vous voyez Philippe, même vous, vous n'aviez rien vu !" Effectivement, la nature étant bien faite, elle compense bien et à moins qu'elle ne soit fatiguée et ne se mette à marcher en roulant d'un bord sur l'autre comme un bâteau pris dans une tempête, on ne voit rien du tout.

On s'est séparé parce que nous ne prenions pas la même ligne. Avant de la quitter, pris d'une idée soudaine, j'ai fait mon lieutenant Columbo et je lui ai demandé si à son avis, son handicap avait été une gêne véritable. Elle m'a assuré que non et on aurait pu être tenté de la croire. Elle est plutôt jolie et m'assurait cela avec un grand sourire Colgate. Je ne l'ai pas vraiment crue. Mais, nous étions pressés, nous n'allions pas faire la séance dans une station de métro, alors je suis parti.

Voici quelques jours, elle est revenue. Elle m'a encore parlé avec le sourire. Si j'était tenté de croire en sa comédie, alors je me demanderais vraiment ce qu'elle fiche là, dans mon cabinet., souriante et pimpante. Merde, je suis psy, je ne tiens pas un café où l'on vient juste papoter et passer un bon moment, même si je suis le mec le plus sympa du monde !

Alors j'ai un peu allumé. Je lui ai parlé de l'incohérence qu'elle présentait. Je lui ai demandé pourquoi une aussi jolie fille était encore seule après avoir collectionné les toquards. Elle n'a rien dit ou plutôt a tenté de se justifier. Moi, j'ai poursuivi en lui disant qu'à mon avis, ça sentait le manque de confiance en soi, à croire qu'elle était en solde, prête à s'offrir à n'importe quel crétin pourvu qu'il veuille bien d'elle. Et là, j'ai eu le droit aux chutes du Niagara, des pleurs qui n'en finissaient pas. Je m'en fous j'ai toujours des boîtes de kleenex d'avance. Le kleenex, c'est l'instrument de ma dignité comme le stéthoscope que porte toujours un médecin dans toute série américaine.

Les larmes, c'est un bon signe dans mon boulot. Un peu comme lorsque chez le dentiste, celui-ci vous titille chaque dent avec un instrument jusqu'à trouver exactement celle qui vous fait mal et que vous lui disiez "é è a !" (c'est celle là). Il ne reste plus qu'à la traiter. Ça semble cruel mais la douleur, fut elle morale, est une bonne indication pour la suite d'un traitement. D'ailleurs, la douleur ne sert qu'à cela, c'est juste une source de renseignement, un super bon compteur sur lequel vous pouvez lire que quelque chose ne tourne pas rond dans votre corps ou votre tête.

Alors, elle a fini par me parler et me sortir tout ce dont elle n'avait jamais parlé, même à ses parents ou des amis proches : une suite de moqueries, de vexations sans fin, de méchancetés gratuites, etc. Tant et si bien qu'à la fin, même si l'on s'en sort parce que la vie continue malgré tout, on n'est jamais plus la même personne. A l'extérieur, on finit par faire bonne figure, mais à l'intérieur, tout est en ruine et pourri. La vie ne sera plus jamais la même.

Ce qu'il y a de bon, c'est que dans ces cas là, ceux qui en sont passés par là sont généralement plus murs et moins fragiles que les autres. On a ainsi pu observer que des jeunes ayant connu ce type de détresse (extrême précarité, handicap, maladies, perte d'un des parents) avaient généralement plus de chance de réussir que les autres. Au moins savent-ils qu'il faut payer pour obtenir les choses et que la vie n'est pas une tartine de Nutella dont on boufferait un peu chaque jour.

Enfin quoiqu'il en soit, moi, je vous le dis, les enfants sont naturellement des petits salauds et méritent parfois une bonne claque dans leur vilain museau. Il faut que l'idée de culture transcende la nature et les adultes sont là pour cela.

7 Comments:

Blogger Stéphanie said...

Je ne crois pas que toutes les femmes pensent que les enfants sont des êtres adorables (les instits par exemple voient au quotidien la cruauté des mômes), mais quand on a pondu un petit, comme toute femelle, on est fier de le voir grandir, comprendre un peu plus de choses chaque jour et on s'émerveille, ça me parait normal.
Cela n'empêche pas d'être lucide sur les capacités de devenir des monstres qui someillent en chaque nain.
C'est là qu'il devient primordial que les parents soient intelligents et le père viril, avec une autorité affirmée (pour imposer la culture contre la nature, tout à fait d'accord).
Mais pour moi les enfants sont cruels parce qu'ils n'ont pas de "filtre" à leurs pensées et c'est tout. Ca ne vaut pas forcément une claque !!

Par ailleurs je connais très bien cet éternel sourire qui cache les ruines et ma foi, on fait avec, et si on a la chance de tomber sur un bon psy, alors effectivement on finit même par avoir une petite longueur d'avance sur les autres.

18/5/09 12:31 PM  
Blogger V. said...

ben ... les enfants sont ceux du prédateur dominant de la planète...
les chiens ne font pas des chats.

18/5/09 4:18 PM  
Blogger philippe psy said...

@Stéphanie : quand je parle de claque dans le museau, c'est avant tout une expression imagée vous savez ! Si un jour vous avez l'occasion de regarder l'épisode de Southa Park qui s'appelle Tsst, vous apprendrez beaucoup sur l'éducation des jeunes !

@V : non, l'être humain n'est pas un animal comme tout le monde tsss Les animaux n'ont aucun sens mora l!

19/5/09 8:03 AM  
Blogger Stéphanie said...

J'ai regardé l'épisode (vive internet et le streaming) et c'est un grand moment, comme on dit un bon dessin vaut mieux qu'un long discours !
Je dis souvent aux gens qui m'entourent que la moitié des mômes de cette planète (au minimum) ne naitraient pas si on faisait passer des tests de capacité à leurs parents, et tout le monde grince des dents quand je dis ça, mais plus je vieillis plus j'en suis sûre !!

19/5/09 12:18 PM  
Blogger V. said...

j'ai parlé de prédateur dominant.
"les chiens ne font pas des chats" est un dire.
Aucun animal ne vous le dira.

19/5/09 4:53 PM  
Blogger neoarchean said...

J'ai l'impression de me retrouver dans cette histoire, ayant subi depuis l'adolescence une maladie de peau pénible au visage, qui s'est heureusement atténuée à l'âge adulte.
J'ai depuis souvent réfléchi à la question et je vis maintenant bien avec. Ce n'est pas vraiment les brimades de camarades de classe qui m'ont le plus touché, même si je me rappelle précisément de certaines datant du collège (ou même de la fac...) mais le fait de donner moi-même à l'époque à cette maladie une place importante dans ma vie. Les soins, la douleur, étaient des rappels incessants de son existence, que je jugeais comme vexatoire, qui m'incitait à me dévaloriser. Ainsi ce n'est pas forcément les rares réactions d'autrui qui étaient à l'origine de mon mal-être mais bien la façon dont je m'imaginais par le prisme de la maladie.
Le pire étant d'être en fait conscient de s'être enfermé soi-même dans ce carcan émotionnel mais ne pas réussir à s'en dégager et replonger dès l'apparition des symptômes, tout en se trouvant dérisoire de se laisser mener par une gêne relativement mineure comparée à bien d'autres handicaps.
J'en parle au passé mais, comme vous dites, ce vécu a forgé ma personnalité.

19/5/09 5:24 PM  
Blogger amandine0885 said...

c'est un scandal d'être psychothérapeute et de publier un article ayant pour titre "les enfants sont des salauds".
Je ne suis pas pour la langue de bois, mais votre article relève de la bêtise et d'un manque de reflexion à propos de l'enfant. Pour comprendre l'homme il est essentiel de s'interroger sur son statut d'enfant afin de savoir ce qu'il est en train de vivre. j'aurais honte à votre place de prétendre représenter une quelconque psychologie. si vous voulez faire le buzz sur internet, trouvez vous un sujet que vous maitrisez.

13/12/10 11:04 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home