13 mai, 2010

Bonne mémoire !


Je n'avais pas envie de me coucher mais simplement envie de me prendre un café en terrasse. Je suis retourné dans un petit troquet dans la 45 ème rue. L'établissement n'a rien d'exceptionnel mais dispose d'une petite terrasse abritée. Et puis c'était la sortie du Roi Lion et je trouvais rigolo de voir déambuler les péquenots de l'Arkansas ou du Nebraska venus en visite à New-York. Les hommes sont engoncés dans leurs costumes tandis que leurs femmes affichent des robes de soirées courtes un peu cheap en vacillant sur leurs talons hauts qu'elles portent pour la circonstance, les uns et les autres ne semblant pas souffrir de la température frisquette qui règne ce soir (10 °). C'est un peu comme si je regardais un défilé de faouins (habitants de Foug) venus à Paris. Peut-être que si j'essaie d'en héler un en francique lorrain, on me répondra ! Ceci dit, le faouin plutôt que de venir s'emmerder à Paris peut tout aussi bien aller à Nancy qui est plus proche.

Tandis que je commande mon café, le type derrière le comptoir me reconnait et me dit "salut le psychologue alors de retour chez nous ?". C'est un sénégalais avec qui j'avais discuté de la vie à New-York l'an dernier. Diplômé en art, il est barman en attendant de trouver autre chose. Il me demande des nouvelles de France et me parle de notre président. De ce côté de l'Atlantique, il le trouve très amusant mais me dit qu'il le juge un peu ringard et vulgaire pour représenter dignement la France. Il me dit que quitte à prendre un avocat on aurait pu en prendre un qui soit plus digne parce que pour lui, Sarko a tout de l'avocaillon minable qui fait ses pubs au cul des bus.

J'avoue être gêné. On peut avoir l'illusion d'être fier d'être français mais il suffit de nous rappeler le nom du nabot qui préside le pays pour se sentir aussi petit et minable que l'occupant de l'Elysée. Je ne sais que répondre alors je dis deux trois bêtises avant de lui demander de ses nouvelles. Lui me dit que ça va, qu'il cumule maintenant deux jobs : celui-ci et un autre plus proche de ses ambitions et qu'il verra. Alors que je lui demande s'il a ressenti la crise, il me répond que oui, on l'a sentie à New-York comme ailleurs et qu'il a fait comme tout le monde, contre mauvaise fortune bon coeur. Qu'il a fait le gros dos, continué à bosser en attendant des jours meilleurs.

Comme il y a peu de monde, on continue à papoter tous les deux. Et il conclut qu'ici on fait moins de politique qu'ailleurs, que la mode de vie tend à rendre positif, même si c'est un peu la merde comme partout ailleurs dans le monde. Et il me sort : de toute manière si j'ai un coup de blues, je fais cent mètres, je me mets sous les lumières de Times Square et j'ai l'impression que tout est possible.

Sous d'autres formes moins académiques, la luminothérapie de Times Square propose ses bienfaits.

13 Comments:

Blogger Psignotus said...

Personne ne commente, alors j'y vais pour que vous n'interrompiez pas vos messages qui valent tous le reportages des journalistes professionnels. C'est vivant, comme si on y était, et on n'a pas les risques et la fatigue du voyage. Après les States, il faudra aller en Chine.

13/5/10 9:12 PM  
Blogger jlmartin94 said...

en effet, peu de commentaires .. la faut au (faux)ponts du 1er et 8 mai ? :)
Pourtant je suis sûr que tout plein d'anonymes surveillent ce blog comme moi : la bave au lèvre , en attendant fébrilement les nouveaux messages .
tantot serieux ou drôle , brut de décoffrage moi j'aime bien.
ou alors un travers du web, utilisé maintenant en consommateur : on pompe des infos mais on publie rien ..
Un nom a été donne je crois pour ces personnes du web ( dont je fais souvent partie ;) ) planquées derrière leur clavier qui consomment l'info sans en créer .

vivement le prochain post :)

14/5/10 12:16 PM  
Blogger ombre said...

Ah ben le lectorat doit être jaloux à mon avis, et notre veinard de psy est en plus très malin lorsqu'il s'agit de se vanter sans indigner le lecteur ou le blesser.
Ceci dit, moi je pensais qu'il fallait, au contraire, plus profiter du temps consacré à vos vacances.

14/5/10 3:10 PM  
Blogger Robert Marchenoir said...

Et le président du Sénégal, il représente dignement le Sénégal à l'étranger ? Non mais sans blague...

14/5/10 7:40 PM  
Blogger L said...

Oui, on se régale de vos billets. Un petit bémol pour la photo : impossible en effet d'y déceler la moindre ampoule basse consommation. Ces Américains ne comprendront donc jamais ! Mère Nature ne peut que se révolter de tant gaspillage, il faut s'attendre à d'autres éruptions et marées noires prochainement...

14/5/10 10:55 PM  
Blogger philippe psy said...

Marchenoir, c'est de notre président dont il s'agit ! Ne soyez pas un chauvin obtus en défendant ce pitre ridicule !

15/5/10 5:55 AM  
Blogger Robert Marchenoir said...

Philippe, je ne défends pas spécialement Sarkozy. Je dis simplement qu'un barman sénégalais ayant choisi de vivre à New-York devrait d'abord s'essuyer les fesses avant de monter au cocotier, et avant de critiquer celles des autres.

Au fait, il a un permis de travail, votre Sénégalais anti-sarkozyste de loin ?

15/5/10 12:31 PM  
Blogger Boudeuse99 said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

15/5/10 3:01 PM  
Blogger philippe psy said...

Mon cher Robert, bien que ce sénégalais et moi même ne soyons pas à proprement parler amis, nous avons pris l'habitude d eparler à bâtons rompus de choses et autres. Je ne lui en veux donc aucunement d'avoir ainsi parlé de notre président et ce d'autant plus qu'il n'a pas été insultant mais simplement interrogateur. De plus, je tiens quelqu'un affirmant que notre nabot national est indigne de représenter notre pays, pour un grand ami de la France soucieux du prestige de mon cher pays. En ce sens, c'est sans doute vous qui montez au cocotier plus rapidement que lui. De plus n'étant pas flic, je n'ai pas été chargé de lui demander ses papiers. Les africains que j'ai pu rencontrer aux USA n'étaient pas des "wesh" mais plutôt des types pour qui la France ne représentait même pas une porte de sortie honorable. Ce soir même j'ai discuté avec un togolais tout à fait charmant et fin lettré et encore une fois, nous avons parlé politique. Si j'estime être libre de parler, je l'ai aussi laissé libre de me parler comme il l'entendait.

16/5/10 7:09 AM  
Blogger Robert Marchenoir said...

Mais vous avez raison, Philippe. Votre Togolais est libre de parler, votre Sénégalais est libre de parler, vous êtes libre de parler, je suis libre de parler.

16/5/10 12:01 PM  
Blogger Boudeuse99 said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

16/5/10 11:40 PM  
Blogger Boudeuse99 said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

17/5/10 12:14 AM  
Blogger Pythéas said...

Et libre aussi de la fermer !

17/5/10 1:20 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home