08 juin, 2010

Où Philippe le psy parle de livre et de tour de tête !

Cet homme ne se rend pas à un bal costumé, c'est Rivarol et c'est ainsi que l'on s'habillait à son époque !

Ce matin, une de mes patientes se plaint violemment de son patron. Afin de lui faire prendre du recul, je sors une feuille de papier et modélise sa situation en un clin d'œil. Mélangeant habilement en de subtils dosages mes connaissances en clinique du travail et psychologie sociale, je lui dresse un état des lieux que je mâtine tout juste de quelques gouttes de fonction psychologique du travail.

La belle (parce qu'elle est jolie) voyant sa situation ainsi décortiquée, dépecée et mise en équation aussi simplement que si l'on posait une bête identité remarquable du niveau de classe de quatrième, en est toute ragaillardie. D'elle-même elle saisit que ce qui lui apparaissait complexe ne l'était que du fait de l'embrouillamini terrible du à l'impact émotionnel de la situation. Non, son patron n'est pas un gros con sadique, non elle n'est pas une pauvre chose fragile : tout s'éclaire enfin.

Elle me demande alors si elle peut récupérer la feuille sur laquelle j'ai griffonné le schéma. Je lui dis que cette feuille est à elle sans qu'il soit nécessaire de rajouter ne fut-ce qu'un euro de plus à la consultation car comme chacun le sait chez Philippe le Psy : tout est compris, les prix sont nets et sans surprises !

Puis, flattant mon énorme égo sans le savoir, car j'ai su depuis le temps habilement dissimuler mon orgueil terrible derrière une bonhommie factice qui ne laisse pas transparaitre mon goût immodéré pour la flatterie, elle me dit que mon exposé est brillant. J'encaisse le compliment d'une manière affable et même si je sens ma tête grossir et comprimer les parois de mon crâne, celui-ci tient bon et n'explose pas.

Je dois avouer à mes lecteurs que j'ai une très grosse tête ce qui m'a toujours handicapé pour trouver un casque de moto idoine, lesquels sont faits pour le crétin moyen doté d'une boîte crânienne de volume médiocre. Mon épouse possède aussi un très grosse tête ce qui lui interdit de trouver des chapeaux à sa taille, tant et si bien qu'elle se rend aux cérémonies tête nue (avant on disait en cheveux) comme une fille du commun tandis que d'autres femmes sont coiffées de mignons petits bibis. J'aurais pu lui prêter un casque de moto mais elle a toujours refusé de se rendre à une cérémonie casquée. Entre ses chapeaux et mes casques, croyez-moi on en chie et je tenais à vous faire part de cette souffrance que nous taisons habituellement. En revanche, Laurence qui participe à ce blog a une petite tête ce qui est normal car elle est elle-même toute petite. Eut-elle été affublée d'une tête aussi grosse que la mienne qu'on eut dit un bilboquet ce qui n'aurait pas été gracieux. Mais ayant parlé de nos tours de tête, revenons à ma patiente !

Elle regarde ce schéma puis d'elle-même y applique ce que vit une de ses amies et constate que mon modèle tient toujours le coup. Et là, puisque je parle de coup, elle me porte le coup de grace en me disant : "vous savez Philippe, ce truc est excellent, vous devriez le publier et en faire un livre". C'en est trop, ce coup ci ce sont mes chevilles qui risquent de faire exploser les jolies chaussures Kenzo montantes que je porte ce matin. Mais le cuir tient aussi bon que mon crâne et je garde le contrôle.

Si la belle savait que j'ai eu plus de cent fois eu envie de publier des livres sur des sujets divers et que je n'ai jamais pris la peine d'en écrire aucun. Bien sur, je possède que ce soit sur des carnets ou dans un recoin d'un disque dur, des tas de plans ou chapitres à peine échafaudés, de notes complexes ou d'idées farfelues, mais rien n'est jamais sorti de mes élucubrations qui puisse être publié. Parfois je m'en veux, tandis que d'autres fois devenu sage je m'accepte tel que je suis !

Et puis dans un sursaut d'orgueil terrible, je me dis que pensant à moi, quelque bel esprit prononcera les mots que le Vicomte de Chateaubriand eut à propos de Rivarol :

"On ne l'avait point nommé ; je fus frappé du langage d'un homme qui pérorait et se faisait écouter avec quelque droit comme un oracle. L'esprit de Rivarol nuisait à son talent, sa parole à sa plume"

Mémoire d'outre-tombe, Partie 1, Livre 9, chapitre 8

5 Comments:

Blogger El Gringo said...

Une perruque XVIIIème, ça irait bien avec ta chemise à jabot!
Encore faut-il que tu en trouves une (perruque) à ta taille.

8/6/10 12:53 PM  
Blogger ombre said...

So cute ! Encore une jolie patiente... Et les ristournes alors !!

8/6/10 11:20 PM  
Blogger ombre said...

Ce n'est pas aussi beau que du Chateaubriand, mais vous avez assurément un style authentique (sincèrement), empreint d'une saine juvénilité que devrait vous envier nombre de moins de 30 ans.

8/6/10 11:26 PM  
Blogger philippe psy said...

Oui, je maintiens la ristourne de 5% pour les jolies patientes :) et je préfère Rivarol avec qui j'ai des origines communes que Chateaubriand parce que je ne suis pas breton du tout.

9/6/10 1:17 AM  
Blogger emmanuel said...

Grosse tête, c'est bien mais rien ne prouve que ce n'est pas une grosse tête vide. Reste à s'allonger par terre en mettant la tête sur la balance pour la peser. Attention, il faut laisser reposer la tête : ne pas appuyer en faisant travailler les muscles du cou et de la nuque pour avoir l'air plus intelligent

11/6/10 9:02 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home