06 juin, 2010

Statistiques et culture Hualapai !




Je n'ai rien de particulier à écrire. Alors je publie mes statistiques comme mon confrère Lomic. Et puisque c'est dimanche, je fais tout comme lui et je me fends aussi d'une citation :

"Les ailes de l'aigle ne valent que s'il a un regard perçant"

C'est un proverbe Hualapai trop méconnu. Bon, je vous avouerai ne pas connaitre grand chose de la culture Hualapai. Ce que je connais d'eux, je l'ai acquis au bout de trois heures de routes sur des pistes du Nevada ou peut-être bien de l'Arizona vu que sur les pistes les panneaux sont rares. Par contre le Hummer c'était super chouette ! J'aurais adoré avoir un Hummer ici pour faire des matches contre les Vélibs.

Alors, je me suis fait racketter à l'entrée de la réserve je crois bien. Oui, on doit payer un truc je crois mais je n'en suis plus sûr. Ce dont je suis sûr en revanche, c'est d'avoir raqué cher pour me faire peur en marchant sur un pont en verre posé à l'aplomb du Grand Canyon. Toutefois je précise que cet ouvrage d'art n'était pas du aux hualapai. Parce que si le folklore Hualapai est sans doute super sympa, je leur fais moins confiance en termes de construction de pont en verre.

Après avoir dominé victorieusement une diarrhée émotionnelle tentant d'épargner la blancheur de mon slip tout en combattant héroïquement mon vertige sur ce pont en verre, j'ai vu un gars en train de faire le con dehors. En fait, en m'approchant, j'ai vu que c'était un sorcier ou du moins un mec se faisant passer pour un sorcier Hualapai, qui dansait en ayant revêtu un costume traditionnel comme dans les westerns. Comme je venais de me faire niquer de soixante dollars pour accéder à leur pont en verre tout neuf, je ne lui ai pas filé une thune à lui ! Faut pas me prendre pour un con ! Autour de lui, y'avait des gens qui le regardaient bouche-bée comme si c'était le meilleur truc qu'ils aient vu de leur putain de vie. Putain, il leur en faut pas beaucoup aux touristes ! Je trouve ça aussi con que si un Hualapai venait mater un de nos employés de bureau en trouvant ça génial et en lui balançant une pièce d'un euro. Chacun son folklore !

Moi je paye que si il y a un vrai travail. La thune c'est trop dur à gagner ! Sinon, j'abandonne immédiatement mon job et je me mets aussi à danser comme un con sur la place du bled où je vis en ayant revêtu un costume traditionnel. Bon par chez nous, on n'a pas trop de costume traditionnel mais si c'est pour faire de la thune facile, vous allez voir qu'en moins de deux, je me fais styliste ! Un pagne, une plume dans le cul et vous me verrez danser en invoquant Toutatis et toutes les divinités franciliennes. Mais trêve de danse et poursuivons sur le folklore Hualapai.

Ensuite, comme on est pris en otage dans la réserve on a du bouffer obligatoirement dans une sorte de self assez immonde. Là, un Hualapai amorphe comme s'il était drogué au peyotl m'a collé une plâtrée d'un truc noir inconnu dans un plateau en plastique. Ce goret a réussi à tâcher mon beau polo rouge. Ensuite, il a collé un épis de maïs cuit à l'eau tout rikiki et zou, direction une table en bois où j'ai bouffé en tentant de ne pas me faire piquer ma becquetance par les corbeaux qui hantaient les lieux. Les corbeaux là-bas, ils ont la taille des aigles de chez nous mais bon, je ne suis pas du genre à me laisser piquer ma bouffe par le premier corvidé venu. J'ai donc mangé salement d'une main en agitant l'autre main pour faire fuir ces oiseaux de malheur, achevant de tâcher mon beau polo rouge avec le truc noir que m'avais servi l'autre drogué.

En revanche le Coca était très bon et l'endroit magnifique parce qu'entouré de ce putain de Colorado. Faut pas être négatif tout de même. Je me souviens que c'était interdit de fumer mais j'ai quand même fumé parce que vu que y'avait que des cailloux et deux arbres morts, et que je ne risquais pas de mettre le feu à grand chose. Et puis vu le dynamisme des Hualapai que j'avais croisés jusqu'à présent, je ne les imaginais pas trop me courir après. Un Hualapai qui s'énerve, d'après ce que j'ai pu observer c'est aussi improbable qu'un élu français honnête ou un hôpital de l'APHP duquel vous ressortiriez sans maladie nosocomiale.

Alors oui j'ai côtoyé des hualapai mais j'avoue ne pas bien avoir réussi à percer leur folklore. D'une je ne suis pas ethnologue, et de deux le Hualapai n'est pas très causant (ni très bon cuisiner). Alors de temps en temps, ne vous étonnez pas si je vous sors des proverbes Hualapai totalement inventés. Je fais ce que je peux avec le matos ethno que j'ai pu glaner ça et là, me contentant d'imaginer un peu les trucs qu'ils peuvent dire. Il parait que chez les Hualapai, depuis que je suis passé, on dit :

"Quand tu vois un gros con français fumer alors que c'est interdit, salis lui son polo Lacoste pour l'emmerder"

Bref, trêve de culture Hualapai, vous n'êtes pas chez un ethnologue. Revenons à mes statistiques de boutiquier. Alors, en mai 2008, je faisais 10458 connections, en mai 2009, j'en faisais 10 809, soit une légère augmentation. Mais en mai 2010, je fais, tenez vous bien, roulements de tambour : 14 122 connections ! Je pense que ces chiffres dantesques et himalayesques vont en faire baver quelques uns non ? Et notamment tous les gros laborieux qui s'escriment à faire sérieusement des article tout pourris que personne ne lit ce qui est tout de même le summum de la grosse loose !

En revanche, je constate que sur la page d'accueil de LHC, réseau qui m'a fait l'honneur de m'accueillir, on me donne aucune statistiques concernant mon blog puisqu'il fait être classé dans les blogs politiques et que moi je suis classé dans "santé généralités". Je me demande d'ailleurs ce que je fous dans cette catégorie là !

Je signale en outre à mes amis de LHC que je regrette d'avoir raté leur diner auquel j'aurais bien voulu participer. Mais si personne ne me le dit, je ne le saurai jamais. J'ai toujours été une sombre merde pour tout ce qui est administratif. La dernière fois c'était pourtant sympa, on avait fini en buvant de la bière en terrasse.

Par contre ce qui me fait rigoler c'est que le réseau LHC vient d'accueillir un ex-pote à moi qui m'en veut à mort depuis que je me suis foutu de la gueule de son lip dub sur mon blog. C'est ce qui me fait dire que le monde est vraiment tout petit. Cela me permettra tout comme ce bon Lomig d'Expression libre de placer une vraie citation du dimanche sous forme de proverbe :

Seules les montagnes ne se rencontrent pas !

Euh, je voulais juste vous demander : si vous pensez que j'aurais un certain succès en rédigeant des guides de voyage, merci de m'encourager, ça me ferait plaisir.

6 Comments:

Blogger ZeBob said...

> et que moi je suis classé dans "santé généralités".

Tu leur as ramené du peyotte ?! Ton blog est bien plus subversif que la plupart des autres membres de LHC, tes guides de voyage me font penser aux lettres persannes aromatisées au Coca.

7/6/10 1:12 AM  
Blogger philippe psy said...

Je ne sais pas je ne connais pas tous les blogs de LHC. J'ai l'impression qu'ils m'ont accepté par pitié :) a moins qu'ils n'aient voulu un spécialiste des hualapai !

7/6/10 2:30 AM  
Blogger LOmiG said...

salut,
au passage, c'est LomiG (avec un G, les bretons étant cons, ils écrivent G à la fin pour prononcer C). Donc ça se dit Lomic (ou lomik), mais ça s'écrit lomig. Désolé. On choisit pas non plus les trottoirs de manille.

Sinon mon blog n'a pas trop vocation à être subversif. Moi j'avais proposé à Philippe de venir chez LHC parce que c'est une fine plume, drôle, libre. Et profondément humaniste et libéral derrière son humour caustique ou ironique qui cache à grand peine un sens critique aiguisé.

Humaniste, libéral et critique dans une seule phrase => LHC !

7/6/10 8:56 AM  
Blogger LOmiG said...

et au passage, le prochain dîner LHC, c'est après la RdB, demain soir. Maintenant le dîner LHC c'est le mardi tous les 15 jours (dans le 75002, rue des jeûneurs)

à demain ?

7/6/10 8:58 AM  
Blogger GCM said...

ami woua la paille,

Ne te laisse pas faire par ce petit scribe de banlieue. Révolte toi, combats le cowboy francilien. Fais connaître ton mécontentement, ami hualapai, écris nous. Nous sommes de plus en plus nombreux à nous fâcher tout rouge, afin que les textes de ce vilain pas beau soient bannis de la toile. Ensemble ami à oilpaille, nous vaincrons, tu as déjà bien des amis, ils ne viennent plus aux soirées, eux non plus.
Allez quoi, sors toi la plume du cul, et fesse le psy !

7/6/10 4:06 PM  
Blogger philippe psy said...

@Lomig : Moi je pensais que c'était Lomic et qu'on prononçait Lomig : tout le contraire quoi ! Je serai des vôtres au prochain diner parce que demain soir c'est impossible. Donc euh dans quinze jours ça fera quel jour ? :)

8/6/10 12:47 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home