27 septembre, 2010

J'ai de la peine ! (3) et fin


Il me fallait conclure et j'ai conscience que mon dernier texte n'apportait rien de bien nouveau. Entre ne rien faire et tenter de manipuler en employant des armes si féminines, je ne sais pas quelle est la bonne tactique. L'idéal serait de répondre à ces patientes : soyez vous même et laissez vous aller. "Lâchez prise" comme diraient mes confrères : solution bien facile à expliquer.

Dans le cadre d'une approche bio-psycho-sociale, on pourrait sans doute explorer plus avant ce qui explique que ces femmes ne parviennent pas à trouver quelqu'un qui leur convienne. L'aspect psychologique est assez bien connu.
Bien souvent, ces femmes surdiplômées ont été investies par leurs parents ou du moins l'un des deux d'une sorte d'obligation de réussite. Qu'il s'agisse d'une pression directe avec des parents mettant une pression, ou d'une pression indirecte, quand existe une sorte de dette vis à vis de parents aimant mais s'étant "sacrifiés" pour la réussite de leurs enfants. Dans ces cas là, se laisser aller, tomber le masque, cesser d'être dans une optique de compétition et de surpassement, devient difficile. Il en résulte que la personne se retrouve fréquemment prise entre les deux mâchoires d'un pièges consistant à être la géante de ses rêves pour ne pas devenir la naine de ses cauchemars selon l'expression consacrée. Se laisser aller, c'est trop souvent se promener sans sa carapace habituelle, et se trouver finalement malhabile et peu à l'aise dans de simples contacts sociaux. Une forme de timidité avec peut-être un soupçon de peur apparait alors et le contact est rigoureusement impossible. Au delà, de simples rapports amicaux, il est dur de créer une intimité avec ces femmes. D'ailleurs, la plupart se plaignent de n'être que de "bonne copines", celles avec qui l'on parle mais pas celles avec qui l'on a envie de coucher.

Et puis, il semblerait comme je le disais dans le message précédent, qu'après avoir tant lutté, après avoir usé et abusé de leur "animus" comme le définirait Jung, elles soient difficilement capable de l'atténuer. D'ailleurs, dans leurs discours, la plupart d'entre elles se refusent à utiliser les armes féminines, qu'elles méprisent comme si la séduction "classique" était quelque chose de bien trop simple pour elles.

"A vaincre sans efforts, on triomphe sans gloire" semble être leur devise préférée. La forme et le fond sont en rivalité, et à moins d'apparaitre trop réservées, elles semblent incohérentes au plan comportemental. Certaines m'avoue d'ailleurs se juger trop masculines, alors que leur apparence le dément, et souvent trop intelligente comme si l'intelligence était un handicap.

Une de mes chères patientes qui m'expliquait avoir résolu cette quadrature du cercle, m'a dit qu'il fallait être en congruence, ce que j'appellerai moi devenir cohérente, pour faire coïncider la forme et le fond et rendre le comportement plus harmonieux et moins heurté. Tout ceci nécessiterait des développements importants. La seule chose que je puisse affirmer, c'est qu'être dotée d'un fort pôle masculin et être intelligente n'est pas un handicap. Il serait faux d'affirmer que les hommes préfèrent les ravissantes idiotes ou qu'il faille jouer ce rôle pour réussir une entreprise de séduction. Sans doute, doit on en priorité cesser d'exiger trop de soi-même en toutes circonstances et surtout dans les contacts sociaux.

L'approche sociale nécessite cependant de revenir sur le contexte de séduction. Plus que des moments où ils ont lieu, souvenons nous qu'il s'agit de Paris en 2010. Paris est une ville qui a changé, où de nouveaux comportements sans cesse analysés par les sociologues ont éclot. Paris qui fut simplement la capitale de la France est devenue en quelques années une ville étrange. Entre les touristes nombreux et les nouveaux venus de province, persuadés d'y trouver un nouvel Eldorado, un lieu où l'on pourrait tout faire et se permettre, Paris s'est modifiée.

Entre la banlieue proche et Paris, il suffit que je me mette à une terrasse de café, pour observer des attitudes totalement différentes. Les comportements parisiens, me semblent parfois totalement sortir de la norme pour ne pas dire quelque peu "pathologiques" et en tout cas très artificiel comme si une comédie se déroulait devant mes yeux avec des gens sans cesse en représentation.

Est-ce le cadre de référence le plus adapté pour y rencontrer l'âme sœur ? Je n'en suis pas sur. Les comportements adulescents sont nombreux. On a coutume de dire que l'adolescence est le "champ des possibles". Lorsque j'arrive le matin vingt minutes avant mes consultations et que j'écoute les conversations aux tables d'à côté, je suis souvent sidéré. Ainsi, il n'est pas rare que des trentenaires bien engagés vers la quarantaine, parlent de scénarios, de cinéma, d'art et de culture ou que sais-je encore, comme s'ils avaient toujours vingt ans et le monde à leurs pieds. Et les serveuses qui m'amènent mon café mettent un point d'honneur à expliquer que leur vrai métier est comédienne.

Tout cela me parait pathétique et ce d'autant plus que je peux avoir ce type de personne dans ma clientèle. Des gens que je vais aider à descendre de leur petit nuage pour les aider à affronter le monde réel. Toutes ces conversations que j'entends pourraient me faire sourire si je ne savais pas que derrière ce monde fantôme dans lequel tous les rêves sont possibles, le réel attend en embuscade.

Alors pour séduire, mes minces conclusions seront :
1- Lâcher prise ;
2- Déménager peut-être vers des cieux plus "normaux" ;
3- Et cesser de vouloir mais laisser faire le temps.

12 Comments:

Blogger V. said...

J'aime quand vous êtes humble et que vous voyez le monde comme moi :o)
Le mur du réel, je ne suis pas certaine qu'on soit prêt à se le prendre dans la tronche avant 40 ans.
Si on a pu y échapper jusque là on est tenté de gesticuler pour jouer à cache cache avec lui...

Et puis Paris, capitale de l'ennui, n'est ce pas.
Parfaite analyse.

6/10/10 3:21 PM  
Blogger Falbala said...

Merci pour vos écrits (votre conclusion, enfin !) qui me confirment dans une opinion bien établie que j'ai de la vie (et pas uniquement parisienne), vie dans laquelle il serait grand temps pour tous, hommes et femmes, de laisser tomber le masque, et d'arrêter de jouer un personnage surfait et duquel on exige mille qualités.
On finit pas exiger autant de soi que des autres d'improbables attitudes et comportements, tentant de répondre à la désirabilité sociale qui nous dépouille de notre âme et notre personnalité, dans une société superficielle et qui vise à reproduire des clones lobotomisés !
(je sais, ça fait fait caricatural, mais bon... dans toute caricature vit un fond de vérité qui lui donne naissance)

6/10/10 7:41 PM  
Blogger Caroline (Caro) said...

J'aime quand les commentateurs qui pensent comme lui, pense comme moi! Le souci c'est que l'on a rien dire ou à rajouter, mais je voulais que vous le sachiez (Le chat Philippe Geluck)

6/10/10 9:57 PM  
Blogger Caroline (Caro) said...

Enfin si je vais tout de même en écrire un (parce que 2 commentaires alors que l'article à le mérite d'être sincère et les conseils sages c'est insultant) (J'espère que des commentaires pauvres ne le sont pas également ??). Lâcher prise je peux le faire, attendre également même si le temps ne joue pas en ma faveur mais déménager pour trouver l'âme soeur, c'est un peu trop non ? Bien que je n'ai jamais aimé cette ville, désolée pour les parisiens qui liront ceux ci mais sincère.

6/10/10 10:02 PM  
Blogger philippe psy said...

Pour une fois, moi qui aime avoir toujours raison, je me suis montré humble. Je n'ai pas sorti un seul lapin de mon chapeau magique. Dommage, j'aurais bien aimé avoir une réponse à ces préoccupations. Tiens,je vais ouvrir une agence matrimoniale.

6/10/10 10:52 PM  
Blogger Lucie Trier said...

Nein, Nein, la vraie chose dans ce troisième opus, c'est que vous indiquez que mettre le masque n'est pas la voie, Herr. Dans le précédent petit deux, vous alliez plutôt dans la direction inverse. "Jouer à la fille" "s'ébahir devant ses exploits" "accepter d'être une faible femme", tout ce fatras de popeline d'intrigante assignée à résidence, qui je n'en doute pas fonctionne à merveille : si on a une bonne gestion des vessies, des lanternes et de la dissonance cognitive. Je craignais un peu les conséquences qu'aurait cette habileté érigée en conseil. Car je crois que les femmes dont vous parlez ne rejettent pas cette voie parce qu'elle est trop simple, mais parce que l'adopter, c'est devenir Galilée à vie. Et être Galilée à vie sent mauvais. Plutôt que de signer tous les soirs un décret titrant que La Terre est Plate parce que c'est ce qui marche avec l'Église de son Temps, trouver la manière efficace de dire que la Terre est ronde - j'insiste sur efficace - est une délivrance. Il s'agit de faire jaillir sa propre fillitude, d'une harmonieuse manière, plutôt que d'en arriver à la maladie de devoir la "jouer". Je vous demanderai même une minute de silence pour tous ces pauvres hommes obligés de "jouer" leur virilité.

Ce n'est pas une mince affaire de réussir à canaliser la fillitude. Mais quand on y parvient, cela s'avère plus foudroyant que les plus grands caméléonismes. Finita La Comedia est une idée importante et curative, en témoigne la concorde dans les commentaires.

7/10/10 12:55 AM  
Blogger V. said...

Simone aurait pu écrire "on ne joue pas à la femme, on le devient"

(et Simone était capricorne, Philippe ! :o) )

Le commentaire de Lucie déchire. Chapeau bas.

7/10/10 12:29 PM  
Blogger Epicier vénéneux said...

Merci pour vos écrits (votre conclusion, enfin !) qui me confirment dans une opinion bien établie que j'ai de la vie (et pas uniquement parisienne), vie dans laquelle il serait grand temps pour tous, hommes et femmes, de laisser tomber le masque, et d'arrêter de jouer un personnage surfait et duquel on exige mille qualités.

Rassurez-vous, plus je voyage, plus je me conforte dans l'idée que ceci est un problème franco-français. Une simple pinte de bière locale avalée dans un pub de n'importe quel pays de tradition anglo-saxone suffit à le prouver.

Même ici, en France. Entrez dans un pub irlandais et voyez qui le fréquente et ce qui se passe autour de vous. Comparez avec Saint-Germain. Concluez.
(N'allez pas au Pub Saint-Germain, évidemment).

Nous, Français, adorons compliquer les relations humaines. Il doit y avoir une bonne raison à cela. Nous faisons la fortune des psys et des fabricants d'antidépresseurs. Mon explication toute personnelle est notre manque chronique d'empathie pour notre prochain et l'absence de sentiment d'appartenance à une communauté, due à la séparation de l'Église et de l'État, deux mots qui se soulignent en rouge quand on les écrit en majuscule sans accent.

L'avantage d'une communauté est qu'il suffit d'en faire partie pour y être accepté. C'est une méta-famille, une meute. En faire partie, c'est ne rien avoir à prouver et ne pas avoir à se méfier. Un sentiment d'appartenance qui rassure et fait aller de l'avant.

En France, Juifs mis à part, pas de communauté. L'individualisme poussé à l'extrême, à l'aberrant. Chacun a tout à prouver à tous les autres; il faut donc avoir une bonne raison et une bonne approche pour interagir avec autrui, sans quoi nous restons dans la méfiance.

7/10/10 2:21 PM  
Blogger V. said...

si la communauté c'est l'alcoolisme ou la genuflexion, ça fait pas spécialement envie !

7/10/10 5:47 PM  
Blogger Epicier vénéneux said...

C'est bien le problème... quels seraient ceux de nos points communs qui permettraient l'émergence d'un esprit communautaire?

Certains ont essayé le saucisson et le pinard. Bof.
Les valeurs humanistes? on ne peut pas dire que la France soit devenue le havre de paix promis par la Mite en 1981.
Une bonne vieille guerre contre un ennemi veule et sournois? mmmh, encore une idée du lobby des fleuristes et autres marbriers.

8/10/10 8:30 AM  
Blogger ombre said...

Beaucoup de bruit...

On s en fout ! Qu’on donne les plus belles et moins agaçantes à Philippe et qu’on n’en parle plus !

8/10/10 6:21 PM  
Blogger V. said...

à Epicier Vénéneux : je reste d'accord avec Groucho. Je ne voudrais pas faire partie d'un groupe qui m'accepterait comme membre.

Et les communautés ne sont que des regroupements d'intérêts manquant singulièrement d'empathie pour le groupe d'à-côté. Ce n'est jamais que de l'individualisme à plusieurs.

9/10/10 11:04 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home