20 septembre, 2010

Je vieillis mieux que les rêves d'autrui !


Quand j'étais petit, mon arrière-grand-mère que j'ai bien connue me racontait qu'elle avait fait la révérence à María Eugenia Ignacia Augustina Palafox de Guzmán-Portocarrero y Kirkpatrick de Closbourn qui est restée plus connue dans l'histoire sous le nom d'impératrice Eugénie parce qu'elle avait épousée Napoléon III. Elle en était très fière.

Ça pose déjà le personnage non ? Quand on a bien connu quelqu'un qui rencontrait l'impératrice Eugénie, on a du mal à devenir un écocitoyen du jour au lendemain. On a un portable, on est connecté à internet mais bon, on se souvient qu'on est né sous De Gaulle. En plus, on a des souvenirs idiots et la mémoire marquée par des trucs vieillots comme par exemple des séries télévisées sans doute irregardables aujourd'hui.

Un des grands souvenirs, c'est la série Magnum, pourtant sans grand intérêt. En fin de journée, mon pote Olive qui est très riche, est passé me montrer sa Ferrari. Justement, c'était la même que dans Magnum, une 308 rouge avec les rétro californiens et les carbus double corps. On est allé faire un tour avec. Ça change de sa BMW break de VRP !

Plutôt pas mal assis, elle pousse raisonnablement de la puissance de ses 255 cv même si à mon avis, une voiture moderne la met dans le vent sans aucun problème. Le V8 donne du couple c'est certain mais bon, le tout a vieilli et on n'ose imaginer ce que ça donnerait sur route mouillée sans ESP. Bon, l'époque n'est plus la même non plus et c'est sans doute cela qui la rend si anachronique ! Une Ferrari qui respecte les limitations de vitesse c'est ridicule. Fini les virées jusqu'à Deauville à l'époque où on pouvait se taper du 200km/h voire plus en ne risquant qu'une amende qu'on aurait en plus la chance de ne pas payer tant l'informatique était balbutiante. Alors on est assis dans les baquets en cuir et on ne profite que des virages pour lancer la cavalerie, quand on est sur qu'aucun pandore ne pourra nous allumer.

Et puis il y a ces petits bruits comme le couinement de la courroie d'alternateur qui vous font dire que ça date de l'époque où Fiat supervisait la construction des voitures. Ça accélère mais finalement sans doute moins bien que la Lotus de GCM avec sa carrosserie tout plastique. Il faudra que je leur demande de faire une course, je rachèterai une des épaves. En revanche côté pratique je mets tout le monde d'accord ! La RJ49 possède un coffre plus vaste et un accès à bord plus aisé et à 25km/h de vitesse de pointe, on emmerde les radars ce qui en fait une voiture de rebelle ! La RJ49 es tune voiture de philosophe qui sait que quoiqu'il ait c'est au dedans qu'il devrai chercher sa richesse.

Je roulais et je me disais que dans les années 80, je trouvais cette voiture merveilleuse et que c'était sans doute un concentré de technologie. Et là, malgré l'indéniable réussite de la ligne, j'ai trouvé cela un peu vieux et dépassé et sans doute aussi excitant à conduire que d'utiliser un téléphone à cadran à trou-trous ! Bien sur le petit cheval cabré sur fond jaune et la couleur rouge de la carrosserie sont des mythes mais guère plus. C'est le rêve d'un vieil enfant comme le sont tous les collectionneurs de voiture. D'ailleurs, pour les collectionneurs il y a une série de livres qui présente chaque modèle X de voiture et qui s'intitule : "La X de mon père".

Finalement à part les grands vins, les RJ49 et les capricornes, tout vieillit mal. Ayant la chance d'être né vieux, je n'ai pas à revivre mes souvenirs de jeunesse.