23 septembre, 2010

J'ai fait une analyse !


Pfff tel que vous me voyez ou me ressentez, vous vous dites : ce mec là est trop libre pour avoir fait une analyse. Et bien, vous vous trompez ! Jeune et pour tout vous dire, aussi avisé sur la vie qu'un lapereau de six semaines, j'ai commencé une analyse.

Je me souviens que j'avais fait dix psys avant d'en trouver un que je considérais aussi intelligent que moi. Et sur les dix premiers, j'ai vu une belle galerie de toquards ! Je me souviens particulièrement d'un mec qui avait un cabinet tout beige et était lui même habillé en beige. Pendant que je parlais, ce mec me fixait de ses yeux vides qu'il aurait voulu perçants, en me répondant des "hmm hmm". Ne m'étant pas encore posé la question, je ne savais pas encore que la psychanalyse freudienne était de la daube mais je savais tout de même reconnaitre un gland quand j'en avais un en face.

Finalement, je suis tombé sur un brave psychiatre, un jungien. Moi à l'époque, Freud, Adler et Jung, je n'y connaissais rien. J'étais face à ce savoir livresque comme un américain face au pinard. On m'aurait fait passer la pire piquette pour un truc bien. Alors finalement, Jung ça m'allait bien. Et comme j'aime bien comprendre, j'ai tout lu Jung. Parce qu'il était hors de question que le psy en face de moi, me balade comme un crétin.

Un jour qu'il analysait un de mes rêves sans importante en lui accordant trop d'importance et surtout une interprétation débile, je suis sorti de mes gonds. Je lui ai demandé : "docteur, vous êtes un homme intelligent et cultivé. Alors sincèrement est ce que vous croyez aux conneries que vous me dites ?".

Il a tenté en bon analyste de me niquer à base de concepts abstraits pour tenter de me faire comprendre que je vivais une résistance. Mais comme je l'avais dans ma ligne de mire et que j'étais chargé au double-zéro, un truc capable de fusiller un sanglier qui charge, je ne l'ai pas lâché et il s'est rendu. C'était assez facile parce que les médecins sont rarement malins habitués qu'ils sont à dominer les autres. Et d'un air penaud, il m'a avoué que lui, c'était la Foi qui l'avait sauvé. Ce voyou me vendait son analyse merdique alors que cela n'avait pas marché pour lui.

Mais bon, étant bon prince je lui ai pardonné et j'ai continué avec lui. J'ai pris des cours de psychopathologie particuliers. Et là, il était vraiment bon, vraiment doué avec une acuité et une sensibilité hors du commun. Putain je lui ai dit que c'était terrible qu'un esprit brillant comme lui se bride en employant une technique aussi vaseuse que l'analyse. Parce que quand il lâchait ses béquilles psychanalytique, son registre ringard, il faisait de la belle clinique française digne d'un Charcot !

Mais bon, on est resté bon pote. aujourd'hui, on est amis, on se tutoie, on s'invite et c'est sympa. Je trouve sympa que ce psychanalyste chevronné ait pu casser son transfert. Je suis ravi d'avoir pu guérir mon psychanalyste, je crois que c'est mon premier succès thérapeutique.

14 Comments:

Blogger Thomas said...

Un lapereau ou un lapinou ?

23/9/10 5:54 PM  
Blogger Il Sorpasso said...

"Et comme j'aime bien comprendre, j'ai tout lu Jung."

Même les mysterium conjunctionis ? Jusqu'au bout ? Alllez !

23/9/10 5:55 PM  
Blogger philippe psy said...

@Thomas : un lapereau de six semaines. Tu sais j'ai eu une vie plus dure que la tienne. J'ai connu la mine à l'âge de six ans.
@Il Sorpasso. J'ai dit "tout" alors c'est "tout". Jung deraille d'ailleurs à la longue.

23/9/10 7:34 PM  
Blogger Il Sorpasso said...

Je vous taquine, je n'en doutais pas. En fait, le gros manque de Jung, c'est de n'avoir jamais clairement expliqué comment il s'y prenait en séances (enfin pas dans la publication française que je sache), pas étonnant que les psy jungiens aient du mal à garder les pieds su terre, il faut le prendre, j'imagine, comme une grille d'analyse sans tomber dans le purisme. Comme l'astrologie..

M'enfin c'est pas mon domaine, hein..

23/9/10 8:47 PM  
Blogger Caroline (Caro) said...

Foi, secte, psychotérapeute, psychanalyse, c'est un peu du même tonneau tout ça... C'est même comme une bouteille de vin...
Pardonnez moi, c'est la dernière, bientôt c'est un ou une autre que j'ennuirai, savourez, je vais vous manquer !

Un lapereau de six semaines dans une mine, ne tient pas un jour, il se fera croquer avant !

23/9/10 8:55 PM  
Blogger philippe psy said...

@Sorpasso : exact, bonen analyse cher capricorne ;)

@Caro : je me sens de taille à affronter les cas les plus durs rassurez vous. Je n'ai du mal qu'avec les con(nes) de mauvaise foi.

23/9/10 9:07 PM  
Blogger Il Sorpasso said...

Ah non pas capricorne mais je me soigne, j'ai d'ailleurs vu que vous aviez écrit un article (j'ai fait une analyse-2) que j'aurai pu rédiger en mieux si j'avais été moins feignant que vous :)

23/9/10 9:36 PM  
Blogger emmanuel said...

Comme notre psychothérapeute n"est pas atteint de sénilité (à moins que, l'alcool ...),il doit s'agir d'un test !

Je ne sais pas si ce post est un copié-collé mais, en le parcourant, je me suis rendu compte que j'en avais déjà lu la quasi totalité du contenu. L'auteur se plagie lui-même mais il a toujours eu l'honnêteté de se reconnaître un égo surdimensionné.

Ou alors, c'est un moyen de poser un diagnostic. Au choix, je suis :

- hypermnésique
- obsessionnel
- amoureux
- affabulateur

23/9/10 10:12 PM  
Blogger Pia said...

En parlant d'ego hypertrophié, depuis que je te lis je me suis toujours demandée où s'arrêtais ton ironie et où commençait le symptôme d'une propension à la surévaluation légèrement préoccupante.

24/9/10 12:41 PM  
Blogger Julien said...

Avec le premier psy ça avait l'air prometteur ; à mon avis, c'est la couleur beige qui a posé problème : il aurait dû choisir du lavande (et les cheveux en roux si il osait pas le bleu). Comme ça vous auriez pû accepter le boulot où il fallait une veste jaune, vous vous seriez bien intégré dans le décor.

24/9/10 2:58 PM  
Blogger philippe psy said...

@Pia : on se tutoie ? nous sommes déjà potes ? non mais pfff ...
@Julien : oui sans doute que ça aurait mieux collé.

24/9/10 3:49 PM  
Blogger Caroline (Caro) said...

Vous dites mr psy :"Je suis ravi d'avoir pu guérir mon psychanalyste," en quoi l'avait vous guéri? Je ne comprends pas trop, depuis quand on guérit les gens par une humiliation ? Un escro cela ne se guéri pas il s'oublit et on tourne la page. Il aurait été bien plus sage et plus humain de le laisser dans l'erreur sans le froisser ou lui dire en souriant c'est pas faux !

La délivrance par les humiliations ça sent les pratiques sectaires ; x

24/9/10 10:10 PM  
Blogger philippe psy said...

@Caro : je n'ai humilié personne, tout au plus l'ai-je libéré. Enfin vis à vis de moi car il continue encore son activité :)

25/9/10 2:20 AM  
Blogger Caroline (Caro) said...

"En parlant d'ego hypertrophié, depuis que je te lis je me suis toujours demandée où s'arrêtais ton ironie et où commençait le symptôme d'une propension à la surévaluation légèrement préoccupante." malgré cela et j'approuve assez les dires de Pia. J'ai lu quelques part que l'on devenait egocentrique à la suite d'une psychotérapie, (effets secondaires sans doute ; )) Malgré donc cela, et toutes mes attaques, parfois du à ma mauvaise foi, j'admets que vous vous défendez bien, et qu'il y a certains concepts tendance plus sociologique qui ont leur pertinence. C'est juste que je suis de mauvaise foi! Même si je juge que pour moi vos concepts ne me concernent pas, j'admets faire preuve de mauvaise foi quelque fois! Méa culpa, si je pense que certains de mes commentaires on peut vous herissez le poil. Je vous informe au passage que je vais vous piquez quelques articles que j'ai besoin de soummettre à d'autres!! Merci d'exister! (je n'ai pas picolé, hélas !)

26/9/10 1:02 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home