03 octobre, 2010

La colère



La colère est une émotion naturelle. Chez l'adulte normal, on la retrouve lorsque l'individu sent que son statut a diminué au sein d'un groupe. Il se met alors en colère, comme s'il mimait un combat, de manière à impressionner l'adversaire afin de reprendre sa juste place dans le groupe. La colère, en tant que manœuvre d'intimidation, évite bien des combats.

On la retrouve aussi chez les enfants lorsqu'ils sont dans une phase oppositionnelle. C'est la fameuse période du "non" que la défunte Super Nanny savait si bien régler. Certains cas plus graves méritent la consultation chez un pédopsychiatre mais en règle générale, le petit enfant est comme nous, il préfère faire ce qu'il veut plutôt que ce que les autres lui imposent.

La colère est aussi présente dans différentes pathologies qu'il serait très long de décrire. On la retrouvera liée à certaines personnalités pathologiques (états limites) de même que très présente dans certaines formes d'autisme. La dépression, dans certains cas, s'accompagnent d'une grande irritabilité de caractère et de colères plus ou moins rentrées. L'abus de certains produits toxiques, en favorisant les décompensation, provoque des colères inhabituelles.

Parfois, la colère prend l'aspect d'une crise de rage. C'est un vrai coup de tonnerre dans un ciel d'été, comme on dit des bouffées délirantes aigües. Tout va bien, et à la faveur d'une situation anodine, l'individu "pète un plomb" : le terme est adapté. Le comportement apparait comme bouleversé : le regard, le ton de la voix mais aussi son débit, la gestuelle est plus rapide et erratique. Chacun de ces comportements est bien sur bien connu et dument référence avec de jolis noms aux étymologies grecques dans tous les manuels de psychiatrie.

Ces crises de rage sont assez bien connues et mes confrères psychanalystes, qui ne disent pas que des bêtises, appellent cela le "retour du refoulé". Bien sur, le refoulé n'a rien d'une notion psychanalytique, puisque cela ne constitue que tout ce que l'on n'aime pas de soi et de sa vie, et qu'on aimerait oublier faute de pouvoir le surmonter. Ce sont toutes ces choses dont on se dit qu'elles s'arrangeront d'elles-mêmes.

Ce "retour du refoulé" consiste en un épisode aigu réactionnel émotionnel corollaire d’une “perte de moyens” d’action structurée. Ces épisodes sont fréquents chez des personnes qui ont tendance à refouler d’habitude leurs affects, à les “avaler” chroniquement quelles que soient les raisons qui les poussent à agir ainsi. Le traitement symptomatique préconisé et imposé des troubles émotionnels ignore voire contrarie le traitement de fond car la réduction du symptôme est à l’opposée du retour réussi du refoulé . C'est à dire que pour traiter ce genre de problèmes, il ne faut surtout pas contrarier les colères mais bien au contraire les provoquer. La panacée serait de  favoriser l'émergence de ces colères en les canalisant, de manière à en juguler l'ampleur pour en éviter les pires débordements.

Il faut toujours se méfier des gens trop sages et trop lisses. Le proverbe qui dit "trop poli pour être honnête" recèle une vraie sagesse. J'ai toujours imaginé que tant qu'un patient n'avait pas pleuré ou s'était mis en colère, je ne savais rien de lui. Le moi social n'est pas le plus important, il faut accéder au moi intime pour vraiment connaître le cœur du système.

3 Comments:

Blogger El Gringo said...

Etonnant ces accès de colère, n'est-ce pas?
Je me demande comment on peut en arriver là... (sauf si on méconnaît le bon usage des tabulations sous Word, parce que ça, ça donne envie de tuer!)

6/10/10 3:17 PM  
Blogger philippe psy said...

Oui, c'est vrai qu'on a tous nos limites. Toi ce sont les tabulations. C'est vrai que c'est un sujet avec lequel on ne doit pas plaisanter. Il y a des choses sacrées et on ne peut pas rire de tout.

6/10/10 10:50 PM  
Blogger San Dra said...

Pour en arriver là il faut garder Tous ses soucis en soi et se dire que tu arriveras à les surmonter sans en parler sans aides puis d'autres problèmes arrive ils en fait beaucoup et la crise de colère arrive

5/12/15 10:29 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home