21 octobre, 2013

Ben faut dire quoi aux femmes !


Alors la c'est un thème récurrent chez tous mes petits patients surdoués ayant fait des études scientifiques ou s'adonnant à des métiers techniques ou encore se passionnant pour des sujets un peu baroques : que faut-il raconter à une fille pour lui parler ?

Certains d'entre eux doutent même de la réelle intelligence des femmes et se demandent si je ne galèje pas comme on dit à Marseille lorsque j'affirme qu'il existerait des femmes surdouées. Ainsi, une fois, chez moi à l'occasion d'une soirée, le jeune J lui même se moqua des femmes étant entendu qu'il n'en avait jamais entendu une seule se passionner pour l'économie. Mon épouse qui entretient des relations un peu tendues avec le jeune J lui affirma alors qu'il ne fallait pas s'étonner qu'il soit seul parce que vouloir séduire une femme en lui parlant d’économie relevait de la connerie la plus absolue.

Je n'étais pas loin de penser la même chose même si les bons liens que j'entretiens avec le jeune J et ma pondération naturelle m’empêchèrent de m'exprimer avec autant de hardiesse et de franchise que mon épouse. Mais le fait est que vouloir séduire en parlant d'économie me semble périlleux sauf si vous cherchez une couguar et que vous vouliez choper Christine Lagarde.

Très récemment encore, un jeune patient, pourtant brillant et tout mignon, se désespérait qu'une femme se moque éperdument de l'inflation. Timidement, afin de ne pas le brusquer, je lui expliquai alors que je ne pensais pas que toutes les femmes se moquassent de l'inflation mais qu'en revanche j'étais à peu près persuadé que ce n'était pas le meilleur scénario pour séduire ! Car si le proverbe dit "femme qui rit, à moitié dans ton lit" je reste persuadé qu'il devrait en exister un autre expliquant " avec femme que tu fais chier, tu ne prendras pas ton pied". De fait, la séduction même si elle reste peut être un peu mystérieuse doit tout de même obéir à des codes desquels l'ennui sera banni.

Comme je l'expliquais à mon cher petit patient, ce qui nous distingue le plus surement d'une femme, ce n'est pas qu'elles aient en moyenne les cheveux plus longs, mais bien que la nature les condamne à porter nos enfants et à en accoucher. Et peut-être, mais cela n'est qu'une de mes théories fumeuses et je vous enjoins prestement de ne pas me faire fusiller pour sexisme, que cela les rend plus pragmatiques que nous ne le sommes.

On a beau parler de sexe faible, de beau sexe et de je ne sais quoi encore, mon expérience durant laquelle pendant dix ans j'ai reçu entre deux tiers et trois quarts de femmes dans mon cabinet, m'amène à penser que tout cela n'est que fumée aux yeux mais que les femmes se révèlent terriblement pragmatique et adaptées à la vie. Les hommes ont beau théoriser, collectionner les prix Nobel et se couvrir de gloire, il n'empêche que face aux vicissitudes de la vie, une femme est plsu adaptée qu'ils ne le seront jamais.

Ainsi, si vous voulez l'entretenir de l'inflation, n'en parlez pas de manière livresque, telle que vous l'enseignerait un professeur d'économie, mais soulignez la cherté de la vie et l'augmentation des prix. Nul doute que les femmes faisant mieux les courses que nous, sauront mieux saisir la hausse du prix du beurre ou encore du dernier truc de chez Chanel et saurons de manière pragmatique vous parler de l'inflation ! 

De la même manière, si elles sont tout à fait capables de poursuivre des études scientifiques, il me semble que c'est pour avoir un vrai métier plutôt que pour échouer dans une quelconque grande école d'ingénieur où durant trois années de suite, elles n'auraient qu'à picoler pour reculer le plus possible l'entrée dans la vraie vie. De fait, si j'ai des femmes médecins dans ma clientèle, le seul ingénieur chamane que je connaisse se devait d'être un homme ! D'ailleurs tandis que je lui demandais s'il serait capable de rédiger un cours d'introduction à la physique pour une jeune patiente littéraire que cela intéressait, il s'était déjà perdu dans des pensées complexes avant même d'avoir écrit quoi que ce soit.

Les grandes théories, les systèmes complexes sont rarement féminins, non que je les croie plus stupides que nous ne le sommes mais simplement plus efficaces pour se lancer dans la vraie vie. Souvenez-vous que meême la petite blonde diaphane qui vous regardait avec ses jolis yeux bleus n'est qu'une machine efficace sélectionnée par l'espèce pour la perpétuer. Une fois dans ses rets, vous allez vite comprendre qu'il y a un temps pour glander et rêvasser et un autre pour affronter la vraie vie. Alors n'allez pas l'emmerder avec vos grandes théories sur l’inflation vu que les courses, la hausse des prix et tout le bouzin, croyez moi elle en connait plus que vous sur le sujet. Ravalez vos grandes idées et contentez-vous de prendre la liste qu'elle vous a faite pour aller au supermarché et ne vous trompez pas, si il y a écrit lait demi-écrémé ne prenez pas du lait entier.

Voilà un peu mes idées sur le sujet et soyez assuré une fois encore qu'il n'y a aucun sexisme dans mes propos. Ce ne sont que le fruit de mes observations issues d'une vie de labeur. En bref, si vous voulez séduire une femme intelligente, faites la rire et ne la faites pas chier. Bref, vendez intelligemment votre patrimoine génétique étant entendu que les occupations telles que l'économie, la philatélie, les jeux de rôles ou encore la confection d'un herbier ne sont pas vendeurs ! Moi qui vous écris, je n'ai parlé que des années après de ma passion pour les hérissons à mon épouse, j'avais même pris soin de cacher les quelques ouvrages sur le sujet, l'erinecaulogie ne passionnant que rarement les femmes.

La seule manière de passionner une femme pour les hérissons eut été de lui dire que se nourrissant de gastéropodes, le petit mammifère devenait un allié pour tenir hors de portée des salades les limaces et autres prédateurs gluants. Encore une fois, souvenons-nous que les femmes sont pragmatiques alors cessez de vouloir briller avec vos grands systèmes !

A moins que vous ne soyez prof de lettres à la Sorbonne et que vous ne visiez que des étudiantes en lettres. Là, il ne s'agira plus de dire des choses intéressantes mais de donner à croire qu'elles sont intéressantes. Vous pourrez jargonner, citer l'école structuraliste, les constructivistes ou que sais je encore, vous donnerez à vos étudiantes l'idée que par le biais de votre pensée supérieure vous maitrisez la vie et ça c'est très pragmatique aussi faire croire qu'on a tout compris de la vie, de la mort et de l'amour.C'est du théâtre, de l'esbroufe mais ça marche ; mais pour cela un docteur es lettres est mieux placé qu'un docteur en économie.

Pour le reste, ne pouvant évidemment vous assurer ce ce qu'elles attendent, j'ai demandé à une jeune femme que je connais de rédiger un texte sur le sujet. C'est ainsi que vendredi ou samedi au plus tard, j'aurais l'occasion de publier ce texte dans lequel cette charmante petite brune vous expliquera ce qu'il faut faire ou ne pas faire. C'était le moins qu'elle puisse faire dans la mesure où j'avais fait faire à son intention un cours d'introduction à la physique. Ce n'est qu'un échange de bons procédés.

Merci de m'avoir lu.

11 Comments:

Blogger chaton said...

Non mais attends, t'es marrant toi, "perdu dans ses pensées"... ça demande du travail, de transformer 8 ans d'études scientifiques en quelque chose d'intelligible en une heure. Mon premier réflexe, c'était de partir direct sur la thermodynamique statistique, et de tout redémontrer à partir de là!

22/10/13 1:03 PM  
Blogger Brigit (petite française) said...

Et oui, ce texte est quand même l'expression d'un sexisme ordinaire, je dirai même de comptoir, fort répandu parmi les intellos qui pour se donner bonne conscience se défende de leur propre sexisme par avance.

Les femmes ne sont pas pragmatiques, en tous cas pas plus pragmatiques que les hommes, parce que leur seraient désormais dévolues certaines activités comme de faire les courses. tout simplement arce que pendant des décennies, elles n'avaient pas la maîtrise de leur budget ni du budget du couple, même si elles tenaient les comptes. c'était les hommes qui avaient le dernier mot. cherchez donc depuis quand les femmes peuvent avoir un compte en banque en solo, mmm ! donc ce "pragmatisme" féminin, si tant est qu'il existe, est en fait très récent et certainement pas universel.

de plus, n'importe quel prof de grande école vous indiquera que le retard des femmes en matière de sciences, est dû non pas à leur moindre capacité (elles sont souvent plus performantes) mais au fait que non seulement on ne les a admises que très récemment dans ces cursus, mais aussi que dès le collège on continue à méconnaître le potentiel des jeunes filles pour les sciences, même inconsciemment, donc elles ne sont ni encouragées ni considérées à exceller dans ces domaines.

ce n'est évidemment pas avec vos considérations "de terrain", forcément très bien étayées que ça risque de changer. et c'est dommage.

quant à vos brillants jeunes gens qui n'arrivent pas à faire comprendre l'inflation à des nanas (blondes ?), j'aurais envie de leur demander s'ils parlent inflation avec leurs copains, ou suites stochastiques, ou théorie des cordes... certes j'ai connu des soirées endiablée de ce type, mais bon, on était quand même regardés par beaucoup comme de grands pervers(es).

alors oui, il y a des femmes qui s'intéressent à ces sujets, sont capable de soutenir une conversation et d'argumenter (même si ont leur reproche alors d'être un peu hystériques alors qu'elles expriment simplement leurs convictions) et même des chercheuses dans de nombreux domaines, des médecins qui sont de grandes praticiennes, des architectes F qui ne sont pas que d'intérieur, etc. et j'ajouterai même que des agricultrices ont désormais le niveau de bien des ingénieurs agronomes.

le vrai problème des surdoués, ce n'est pas qu'ils ne peuvent pas dialoguer avec les femmes sur ces sujets hautement intellos, mais que bien souvent, ils n'ont pas les codes simples de la séduction et n'écoutent pas leurs interlocuteurs, quels qu'ils soient, sauf si ces derniers nourrissent non seulement leur soif de savoir mais aussi leur immense besoin d'être rassurés. étant une minorité habituée à être hors norme, les surdoués sont en effet en équilibre instable entre suffisance et vulnérabilité.

or la séduction demande de savoir rassurer l'autre.

ce n'est donc pas les sujets en eux-mêmes qui importent que la manière d'en parler... d'ailleurs j'aimerai bien savoir si vous avez des patients gays, des surdoués hommes qui ont du mal à séduire les d'autres hommes surdoués (ou pas) ! m'est avis qu'ils ne le font pas en leur parlant d'inflation ou de la théorie des quantas ! et que s'ils essaient de draguer des types qui n'ont rien de scientifique, ils auront tout autant de mal à parvenir à les séduire en leur parlant d'inflation...

donc allez vous me dire que les hommes gays non surdoués sont pragmatiques et n'aiment pas non plus les surdoués à la conversation chiante, hum j'en doute... non seulement vos propos sont sexistes mais aussi un tantinet... homophobes.

B, mère de deux surdoués passionnés d'arts et de sport (entre autres) qui savent parler aux nanas (voire garçons) hétéros, gay, bi d'autres choses que de sujets abscons.

22/10/13 10:17 PM  
Blogger El Gringo said...

"C'est ainsi que vendredi ou samedi au plus tard, j'aurais l'occasion de publier ce texte"

J'attends ça "de pied ferme"!

22/10/13 11:14 PM  
Blogger chaton said...

"n'importe quel prof de grande école vous indiquera..."

Oui, mais d'un autre côté, les profs de grandes écoles c'est des gros cons.

23/10/13 10:59 AM  
Blogger philippe psy said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

23/10/13 11:23 AM  
Blogger philippe psy said...

@Brigit : Merci pour votre lumineux commentaire qui me permet enfin de découvrir la vie et d'entrevoir la lumière. Il faut dire que je n'ai rien d'un surdoué, n'ayant par exemple réussi à faire mes lacets qu'à l'âge de vingt ans. Et puis, si "tous les profs de grandes écoles" le disent, je n'ai plus qu'à m'incliner. Rassurez-vous je sais rester humble et plier l'échine face à nos élites.

Après un stage de rééducation citoyenne qui me permettra de combattre l'homophobie et le sexisme dont vous m'accusez, je vais peut-être entreprendre une formation pour devenir salarié agricole. L'aviculture me tente assez car si vous êtes habituée de ce blog, vous ne serez pas sans savoir que je m'adonne déjà "en amateur" à l'élevage de Bantams de Pékin. Au moins, ayant des poules chinoises, échapperai-je peut-être à l'accusation de racisme.

Enfin, sachez que je me sens tout petit face à vos deux fils surdoués car s'il y a bien une chose dont je ne sache pas parler c'est de sport. Toutefois, si cela pouvait vous rassurer, sachez que je poursuis actuellement une formation théorique accélérée en "tumbling", discipline que je ne connaissais pas voici peu.

Sinon, sur Paris en ce moment le soleil brille et les températures sont plutôt douces pour la saison. Hier par exemple il faisait plus de vingt degrés ! Il n'y a plus de saison. On se serait cru dans le sud, "toujours en été" comme l'écrivait le grand poète Nino Ferrer. J'ai pris un café en terrasse et j'ai lu le Parisien.

Sinon, que vous dire encore ? Je mange bien et je dors bien.

23/10/13 11:41 AM  
Blogger Felix said...

@ Brigit

L'éternel argument de l'oppression se retourne souvent de fait contre la personne qui le donne. L'oppression - quand elle est avérée - est toujours au bout d'un moment un facteur de création et/ou de génie.

L'histoire le prouve : il y a du vrai chez Marx dans la mesure où la partie la plus opprimée de la population finit toujours par en décrocher la direction. Mais, plus récemment, on peut prendre l'exemple de la musique noir-américaine (jazz, blues, etc...) qui s'est incroyablement répendu malgré la discrimination institutionnalisée. Ou encore on le remarque dans les courants artistiques : les impressionnistes étaient les "refusés" au début...

Dernière chose, votre propos est-il de dire que la théorie est supérieure à la pratique (?) et que donc dire de la femme qu'elle est pratique serait la rabaisser? J'aurais tendance intuitivement, à penser le contraire, mais bon... il faudra m'expliquer comment on peut vivre de théorie (sauf le professeur d'université déjà cité)

De toute façon, la réponse de M. Psy me semble être la plus pertinente face à un tel commentaire moralisateur.

23/10/13 9:38 PM  
Blogger El Gringo said...

Philippe, tu es un gros macho sexiste et homophobe. En plus, je te soupçonne de ne pas être éco-citoyen mais, par contre, un peu raciste.
Je t'ai même entendu douter du bien-fondé de l'offre de retour faite à Leonarda par notre président!
Heureusement que tu as des lectrices vigilantes...

24/10/13 12:19 AM  
Blogger philippe psy said...

@El Gringo : je me présente tout à l'heure à un camp de rééducation à la tolérance !

24/10/13 2:23 AM  
Blogger filleàgentils said...


Je suis d'accord sur tout pour cet article mais dès qu'on sort d'Europe... Il faut jeter toutes vos théories et tout repenser!
C'est assez fou à vivre et c'est aussi très agréable de voir comment marche une vraie égalité factuelle hommes/femmes, pas une parité à la sauce socialiste avec des quotas à la con et de la condescendance en veux-tu en voilà.

25/10/13 3:57 PM  
Blogger V. said...

... Dès que vous sortez du 78 ou du 75 (sans passer par le 93 évidemment !) !

31/10/13 8:47 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home