26 octobre, 2013

Génération Y, génération perdue ? Battle Eminem / Ouvrard.

 Ouvrard et sa casquette !
Vendredi soir, j'étais invité chez mon filleul Lapinou et son amie pour diner. La chère et les vins étaient fameux et l'accueil des plus chaleureux. Toutefois, tandis que nous parlions de baccalauréat, je tentai d'expliquer à Lapinou qu'à l'époque de mon épouse ou de la mienne, nous n'étions que 20/23% à l'obtenir. 

Je rajoutai perfidement que compte-tenu de sa faible culture et de sa difficulté à comprendre des concepts un plus compliqués que la partie double en comptabilité, il n'est pas sur qu'il eut son bac s'il l'avait tenté à cette époque et qu'il devait chaudement remercier monsieur Jospin d'avoir promu ce diplôme pour 80% d'une classe d'âge. Cette réforme aura bénéficié à tous les bacheliers sauf à ceux issus de la filière S dans la mesure où quels que soient les efforts entrepris par l'état socialiste pour vendre de faux espoirs aux jeunes, les maths comme la physique et en général les sciences dures résistent à la distorsion du réel. On m'a toutefois parlé de jeunes issus de S intégrant un ITU de génie électrique et ayant toutes les peines du monde à se souvenir de la loi d'Ohm.

Cette grande avancée sociale a effectivement évité à Lapinou d'échouer dans un LEP de banlieue ou il n'aurait pas suivi une formation technique, car il est maladroit, mais sans doute un CAP ASA (agent des sergices administratifs) qui lui aurait éventuellement permis de passer un concours administratif de catégorie B à moins qu'il n'ait postulé à la Sécurité sociale. 

Le fait est que malgré toute l'affection que je porte à Lapinou, force est de constater qu'il est le digne représentant de cette génération Y dont on parle si souvent. Un de mes chers patients, né en 1974, et ayant exercé les fonction de professeur de mathématiques m'expliquait récemment encore que lui et moi appartenions à la même génération et que c'est après 1977 que les choses avaient changé. Il rajoutait que ces jeunes ayant tout obtenu sans efforts constituaient une sorte de génération sacrifiée, gâtée pourrie qu'il serait difficile d'insérer.

N'ayant jamais rien enseigné, je ne puis assurer qu'il ait raison toutefois j'ai souvent été choqué par les réflexions des jeunes par exemple nés dans les années 80. Ils me semblent réticents à tout effort intellectuel et pourvu qu'on ne leur ai déjà pas prémâché une sorte de bouillie intellectuelle pour déficients intellectuels, ils ne veulent rien. Dans la mesure ou on leur a enseigné à émettre des opinions, des avis mais jamais à exercer leur esprit critique de manière intelligente, cela ne m'étonne pas. C'est ainsi qu'une génération d'idiots à vu le jour, coupés de leurs racines. Combien de fois, alors que je citais tel vieux film ou livre ancien, ne m'a-t-on pas imposé un "ben je peux pas savoir c'était avant ma naissance" ou un "oh c'est du noir et blanc".

Les idiots utiles produits par le socialisme triomphant sont devenus ce que l'on espérait d'eux : des abrutis tout justes bons à réagir émotionnellement et à consommer. Avec de tels décérébrés, effectivement on peut faire sortir dans la rue des jeunes pour défendre l'indéfendable, leur vendre de la merde et leur faire croire que François Hollande est apte à la fonction présidentielle. Il n'y a qu'à voir une publicité Apple, pleines de bruits, de musiques et d'émotions, pour comprendre quels sont les inducteurs qui mobilisent la génération Y.

Bien sur, je sais aussi qu'il existe des gens nés après 1977 qui ont échappé à ce marasme, soit qu'ils aient eu la chance de naître dans des familles où ils ont été encouragés à se cultiver, soit qu'ils aient été tout bonnement plus malins que la moyenne. Ainsi Jean Sablon dont je vous parle parfois ici est né en 1982 et peut sans problème soutenir une conversation sur des sujets datant d'avant les années Mitterrand. 

C'est ainsi que la compagne de Lapinou, que j'appellerai affectueusement Mlle Lapinou, voulant sans doute me démontrer mon ignorance crasse en matière de culture mainstream, s'est à un moment de la soirée saisi de son Ipad (Apple bien sur) afin de me montrer l'exploit d'Eminem qui récemment a enregistré un morceau dans lequel il débite 101 mots en 16 secondes. L'exploit est certain même si je suis partagé sur le fait que l'on puisse juger la valeur d'un artiste au nombre de mots prononcés. Fut un temps ou c'était les sténo-dactylos que l'on estimait au nombre de mots qu'elles pouvaient taper à la minute. 

Eminem et sa casquette aussi !

J'ai eu en écoutant Eminem débiter sa chanson une pensée émue pour un de mes anciens patients, Monsieur le Comte, qui parlait si vite en bouffant les mots, que je lui demandais souvent de ralentir et d'articuler. Si j'avais su, je lui aurais dit d'enregistrer un RAP ! 

Quoiqu'il en soit, cette génération perdue, sans racines, ne connaissant rien de son passé, ne vivant que dans un présent destiné à consommer le plus possible s'étonne vraiment de pas grand chose. Ce que fait Eminem est un procédé connu que l'on nomme un virelangue. Ce sont des suites de mots choisis soit pour leur homonymie ou leur difficulté de prononciation et rien de plus. C'est un procédé bien connu.

C'est tellement connu que ce fut la spécialité du célèbre Gaston Ouvrard, dit simplement Ouvrard, fils du non moins célèbre Eloi Ouvrard, créateur du style appelé comique troupier. C'est ainsi que dans sa chanson célèbre intitulée "Je ne suis pas bien portant" dans laquelle, le chanteur nous invite à suivre la liste de ses maux, parle avec une grande rapidité. Cette rapidité était telle qu'à l'époque, alors que tout le monde pouvait reprendre la plupart des chansons, il était impossible de chanter comme Ouvrard du fait de sa diction utra-rapide.

Bref, le pauvre Eminem se croyait original alors qu'en fait, il n'est que le digne successeur d'Ouvrard. J'espère grâce à ce modeste billet avoir contribué à l'édification de cette génération Y.

Il n'y a rien de nouveau sous le soleil !


5 Comments:

Blogger Felix said...

Hum, c'est chair au début (à moins qu'il y ait un jeu de mot). Oui, il y a quand même des rescapés parmi lesquels je crois être :D

Ce n'est quand même pas sympa pour Eminem. C'est une drôle de façon de le vendre : son originalité ne consiste pas dans son virelangue d'une chanson... en tout cas, en voilà un qui n'as pas tout obtenu facilement.

C'est vrai que cette façon de réfléchir de ma génération est étrange : il est normal que l'on soit en accord culturel avec son temps, mais pourquoi au détriment du reste? Peut-être que cela prouve qu'il n'y a pas de continuité entre les différentes générations et que la nouvelle considère comme impossible d'accorder ses "valeurs " culturelles avec les précédentes.

27/10/13 9:12 AM  
Blogger El Gringo said...

J'avais été atterré de constater que mes propres enfants, nés à la fin des années 80, ignoraient le sens du mot "téméraire". Ils avaient alors moins de 20 ans et étaient accompagnés de camarades du même âge qui tous, étaient incapables de donner la signification de ce mot pourtant courant de la langue française.

27/10/13 3:09 PM  
Blogger philippe psy said...

@Felix : je comprends qu'on soit de son temps mais effectivement j'ai plsu de mal avec le fait de faire table rase du passé au motif que ce serait "vieux".
@Gringo : ceci dit ta fille a d'autres outils que son vocabulaire m'a-t-on dit :) Et puis elle a une formation scientifique !

27/10/13 5:02 PM  
Blogger chaton said...

Jean Sablon est ascendant Capricorne, aussi; ça aide!

27/10/13 11:30 PM  
Blogger philippe psy said...

@Chaton : oui il est né vieux comme moi, c'est sympa je trouve. Il aime les valeurs sures et il se méfie de la nouveauté, c'est bien.

28/10/13 3:34 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home